14 C
Alger
samedi 23 janvier 2021

Ecole privée: Protéger les enfants de l’arbtraires

A lire

Actualisé. Zouheir Ledjiar, 44 ans, père des deux enfants empechés de spoursuivre leurs scolarité dans une école privée, souligne : « Nul n’est censé ignorer la loi. J’ai refusé de signer un contrat qu’on a voulu m’imposer. Parceque, ce contrat n’est pas conforme à la loi. Ma conscience, ne me permet pas de cautionner des situations qui vont à l’encontre de mes principes et l’intérêt général des enfants » a indiqué M Ledjiar  parent d’élève qui a fait éclaté la vérité cachée dans une école privée les rosiers à Alger plage.  

Zouheir Ledjiar, cadre au sens propre du mot qui apporte une valeur ajoutée à la cité des enfants, n’est autre que le parent d’élève qui a dénoncé les dépassements d’une école privée « les rosiers »  qui a empêchés ses deux enfants walid 7 ans et Ilyas 11 ans de poursuivre leurs scolarités à Alger plage. Rien que pour avoir refusé de signer un contrat non conforme à la loi en vigueur, ses enfants ont étés victimes de représailles et à quel prix. « Conscient de l’importance de la loi, j’ai constaté que le contrat qu’on a voulu m’imposer de signer, n’est pas conforme à la loi en vigueur. Ma conscience, ne me permet pas de cautionner des situations qui vont à l’encontre de mes principes et au dépend de l’intérêt général » a-t-il déploré.  Interrogé sur les motivations de sa réaction pour dénoncer de telles irrégularités, alors que ce sont des dizaines, des centaines de parents d’élèves qui gardent le silence depuis et malgré tout, notre interlocuteur souligne ironiquement « Parceque je m’appelle Zouheir. C’est pour cela que j’ai refusé de signer le document et me soumettre au dictat et à l’abus de pouvoir de certaines personnes qui se prennent au-dessus de la loi», dit-il ironiquement.  Chemin faisant, ses deux enfants de 7 ans et de 11 ans, sont inscrits dans une autre école avec tous les honneurs pour poursuivre leurs cours, après plus de 8 mois de confinement à la maison en raison de coronavirus.  La justice avait rejeté sa plainte en référé  au départ, afin de réintégrer ses enfants dans la même école, avant qu’elle décide de la programmer pour le 30 décembre 2020 au tribunal de Rouiba. Reçu par le responsable concerné au ministère de l’éducation nationale et du commerce qui ont pris en charge sa doléance qui va dans l’intérêt général des enfants et des parents d’élèves, Zouheir Ledjiar, veut une sanction à la mesure de ce dérapage administrative. « Je suis approché par d’autres personnes, afin de laisser tomber le dossier. Mais, je ne veux rien entendre et rien savoir, sauf la correction que l’on porte à ces dépassements inadmissibles et déloyales », a-t-il affirmé.  

Amar CHEKAR

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles