13 C
Alger
vendredi 22 janvier 2021

Zoubir CHEKKAR, cadre gestionnaire retraité «La formation par apprentissage est plus que nécessaire»

A lire

Ancien cadre gestionnaire dans le secteur de la formation professionnelle, Zoubir Chekkar retraité depuis 2016, revient sur un passé récent ou le secteur de la formation compte sur ses propres éléments et moyens, pour assurer la maintenance de ses équipements. Ce qui n’est pas souvent le cas actuellement.

l’instar d’un nombre  indéterminé des cadres retraités  de la fonction publiques qui auraient souhaités le moindre geste de reconnaissances à l’égard de tous ce qui qui ont contribués au développement de la formation professionnelle qui constitue la base de développement des entreprises, du service publique et de l’économie du pays de manière générale, Zoubir Chekkar, ancien directeur au CFPA Seddouk, et coordonnateur qui chapote au même temps plusieurs centres à la fois dont, Beni Maouche, M’Cissna et Ighzer Amokrane, Tazmalt, wilaya de Béjaia, souligne «  Je n’ai pas entendu parler d’un seul cadre retraité du secteur de la formation qu’il soit  au niveau local, régional ou national, reconnu, afin de créer cette dynamique et animation qui manque terriblement dans notre pays.  déplore-t-il. Passant le reste de la vie qui continue dans la routine quotidienne, entre la satisfaction des besoins familiales, à commencer par le transport des enfants à l’école, le marché et la pétanque, Zoubir Chekkar revient sur un passé récent dans le secteur de la formation qui compte sur ses propres éléments et moyens, afin de se rendre à l’évidence. « A titre d’éxemple seulement, les centres de formations font appel à leurs propres moyens et compétences internes pour des travaux de maintenance et réparations, afin de réduire les dépenses. Actuellement, c’est le contraire qui se passe. Beaucoup de CFPA font appel aux entreprises et artisans extérieurs avec des facturations que même le centres n’arrivent pas à régulariser ou bien, ce sont des paiements effectués aux frais de la princesse », révèle-t-il.

La formation par apprentissage tombe en éclats

Evoquant le bouleversement de l’échelle des valeurs et autres conflits de générations qu’on le veuille ou non, c’est une réalité dit-il,  Zoubir Chekkar, après 32 ans de louables services affirme « Actuellement, les situations ont beaucoup changés est sont devenues plus lourde à supporter ». Mettant l’accent sur les blocages bureaucratiques et administratifs qui freinent l’évolution, l’ancien directeur du CFPA révèle une des situations des plus anormales administrativement.  « Je devais sortir à la retraite en 2014. Mais, l’administration m’a retenu jusqu’au mois de janvier 2016. Le hic, ils n’ont pas prévu de remplaçant pour assurer le fonctionnement normal. Et je me suis retrouvé à signer des documents jusqu’au mois d’aout 2016 pour ne pas bloquer la gestion budgétaire et le règlement des salaires des employés », a-t-il souligné.  « Ma conscience ne me permet pas de partir à la retraite et laisser le centre dans une situation de dégradation. J’ai pris un risque à mes dépend, afin de permettre au CFPA de continuer dans les conditions normale », selon M Chekkar. Evoquant la solidarité de la formation professionnelle au profit des associations humanitaires,  ce cadre à la retraite s’exprime dans un esprit du devoir accompli, tout en citant la réussite   de l’association locale « Le défi » qui fait un excellent travail  d’accompagnement au profit des enfants handicapés de la région. Abordant l’évolution de la formation professionnelle qui a connu un changement remarquable à tous les niveaux, l’ancien directeur du CFPA de Seddouk, revient sur l’importance de la formation par apprentissage qui forge des générations entière, tout en donnant à chaque métier sa place et valeurs dans le temps et dans l’espace.  

A.C

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles