YENNAYER 2970 : Asgass Amggaz

0
236

Par Dr Lakhdar Amokrane

Asgass ameggaz a tous les algériens pour l’entame du processus de mutation du système en Algerie. L’Histoire reste constamment en éveil tant que toutes les vérités n’ont pas été, l’une après l’autre, mises à la lumière. Il est ainsi d’une réalité que notre histoire dissimule et dont les racines remontent au mouvement national libérateur, la question Berber. Cette question identitaire des algériennes et des algériens a été étouffée, dévoyée et souvent diabolisée par les différents acteurs de la vie politique algérienne que ce soit dans les années 40 ou après l’indépendance confisquée. Les amalgames et les raccourcis sont toujours empruntés par les détenteurs d’un pouvoir aussi petit soit-il, pour noyer comme à l’accoutumée, cette revendication légitime, pacifique, qui à terme, sera le catalyseur d’une démocratisation de l’Algérie et partant, de tout le maghreb des peuples. Déjà à l’indépendance, le spectre de berbérisme et de séparatisme a été nourri par les nouveaux révolutionnaires gardiens du temple vide des « thawabits ». La dimension amazigh est bannie. Dans les manuels scolaires, aucune référence n’est faite aux ancêtres Massinissa, Jughurta, Juba, La Kahina. Aujourd’hui que Tamazighth est reconnue au forceps comme langue nationale et officielle par un pouvoir illégitime, et que Yennayer est décrétée fête nationale et journée chômée et payée, les Algériennes et les Algériens doivent faire une halte salutaire et se poser les questions pertinentes ; Peut-on toujours faire semblant de ne pas voir ce qui est évident ? Peut-on continuer à nier l’essence même de la nation algérienne sous de faux-fuyants et de faux prétextes ? Peut-on continuer la théâtralisation du leurre en faisant semblant d’introduire quelques réformettes à l’école en guise de semblant de reconnaissance ? Peut-on, enfin évoquer une Nation sans l’identifier, sans être fiers du creuset civilisationnel qui la berce ? La réalité Amazigh de l’Algérie est là ; elle nous interpelle depuis la nuit des temps. Elle est là à travers les écrits et les ouvrages d’éminents écrivains Ibn Kheldoun dans  l’histoire des berbère, Mouloud Maameri. Elle est là à travers les noms des villes et villages Tablat, Relizane, Tlemcen, Tamezguida. Elle est là à travers les noms des montagnes Adrar, Idjabaren. Elle est là à travers les vestiges archéologiques… Elle est là à travers le parler algérien, les mœurs et coutumes de chaque famille, de chaque village avec un système de gouvernance harmonieux, juste et équilibré. Elle est là à travers le caractère frondeur de chacun d’entre nous. Elle est là à travers le sens de la rhétorique fierté et nif. Elle est là à travers le respect du droit de la personne humaine et la promotion de la femme qui a sa place dans la société Antinea ou Tinhinane ou celle qui a dit ; Kahina, Fadhma N’Soumer. Elle est là à travers l’esprit de solidarité et le sens de l’hospitalité. Elle est là à travers la grandeur d’âme et la simplicité de l’Algérien… Enfin, elle est là avec tout ce qui est nécessaire pour justifier l’existence d’une Nation qui l’identifie des autres Nations. La culture Amazigh est le référentiel même qui rassemble et unit les peuples de l’Afrique du Nord ou du Maghreb et  la culture, c’est tout ce qui reste quand on a tout oublié. L’Amazighité est un facteur d’union de la Nation Algérienne. Elle constitue le socle de l’Algérie, le noyau dur, le prolongement identitaire de nous-mêmes aux cotés de l’islamité et de l’arabité, autres facteurs d’union. Sa négation serait la négation de nous-mêmes, de la Nation Algérienne. A la veille de la commémoration de yennayer 2970, il est important de réaffirmer que la lutte pacifique Sylmia du  Hirak  doit continuer pour pousser vers l’entame d’un processus de mutation du système pour la démocratie et la construction de l’état de droit.

Dr Lakhdar Amokrane

Haut du formulaire

Bas du formulaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here