23 C
Alger
lundi, septembre 28, 2020

Vendredi 21: Libérez l’Algérie

Doit Lire

Rentrée scolaire 2020-2021: Le ministère de l’éducation temporise

Le ministre de l'Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a affirmé, dimanche à Alger, que la date de la rentrée scolaire 2020-2021 n'a pas...

Covid-19: 153 nouveaux cas 104 guérisons et 3 décès

Cent cinquante trois 153 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 104 guérisons et 3 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Chiens errants: 900 personnes enragées et 15 décès

Quelque 900 cas de rage, dont 15 décès, ont été enregistrés en Algérie en 2019, a révélé dimanche le chargé du programme...

Alger. Hirak. Vendredi a connu le doublé par rapport le volume de la marche du vendredi 20 qui a coïncidé avec la fête de l’indépendance nationale le 5 juillet 1962. Le peuple répond à Gaid Salah. « Nous ne sommes pas d’accord et nous ne partageons pas  le discours de Gaid Salah qui a utilisé le mot « traître » contre tout ce qui ne partagent pas en accord avec son choix qui porte sur l’organisation des élections présidentielle. D’un coté, on parle du respect de la constitution et d’un autre coté, on a violé cette même constitution dans son article 7 qui place le peuple devant son choix souveraineté politique », ont déploré des dizaines de marcheurs qui ont vue cette déclaration, comme une menace contre  le peuple qui a pays un lourd tribut pour sa liberté et indépendance. Gaid Salah qui n’a pas ménagé les algériens en traitant l’opposition politique de « traîtres» tous ceux qui prônent le régime civile, n’a pas mesuré la teneurs des mots qui peuvent conduire le pays vers des maux gravissime, a-t-on déplorés. La suprématie de la politique sur le militaire, depuis le congrès de la Soummam, 20 août 1956 qui a rassemblé les algériens pour l’indépendance nationale a été trahit depuis 1962 et on est en 2019, on continue d’ignorer le choix du peuple, en voulant imposer des responsables politiques de manière  illégitime. Fidèle aux valeurs du 1e novembre et la mémoire des martyrs de la révolution algérienne qui ont sacrifié leurs vies et biens pour l’intérêt du pays, le peuple n’a pas manqué de rappeler le devoir et l’exigence politique  de revenir aux respects des valeurs démocratique pour faire avancer le pays dans toutes ses dimensions politiques, économiques, sociale et culturelles.  Déterminé de poursuivre la marche qui a commencé depuis le 22 février 2019 jusqu’au départ des symboles du système corrompu qui appauvrit le peuple, enrichit illégalement ses dirigeants politiques et emprisonnés et poussé à l’exile les meilleurs qui ont dénoncé et refusé de se soumettre au dictate du même système qui veut rester malgré tout le mal qu’il a engendré sur tous les plans depuis 20 ans. Des  slogans comme «  Imazighene Casbah Beb El Oued », «  libérez les détenus politiques »«  Irouhou Ga3 », « Les médias sont peureux » ont étés scandés toutes au long de la marche.  

A.C

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernières Articles

Rentrée scolaire 2020-2021: Le ministère de l’éducation temporise

Le ministre de l'Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a affirmé, dimanche à Alger, que la date de la rentrée scolaire 2020-2021 n'a pas...

Covid-19: 153 nouveaux cas 104 guérisons et 3 décès

Cent cinquante trois 153 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 104 guérisons et 3 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Chiens errants: 900 personnes enragées et 15 décès

Quelque 900 cas de rage, dont 15 décès, ont été enregistrés en Algérie en 2019, a révélé dimanche le chargé du programme...

CAP sur la reprise de l’activité culturelle

La manifestation "La rentrée culturelle" réunissant le théâtre, les arts plastiques, la musique, la danse et le conte en plus de rencontres...