21 C
Alger
jeudi 28 janvier 2021

Transport urbain : Un taxi pas exemplaire

A lire

Cela s’est passé ce dimanche vers 11h00 à la rue Hassiba ben bouali à proximité du bureau de poste. Un client âgé de plus de 60 ans qui était en famille, demande le service d’un taxi compteur pour l’emmener à la Beb Ezzouar à 18 km environ et 20 mn au temps normal. Ce dernier lui a exigé le paiement de 1000 Da pour  la course. Surprit par l’exagération du prix, le passager en famille, n’a pas aménagé le taxieur avant d’attirer foule devant l’arrêt de bus à commencer par les policiers en civiles et en tenues pour retirer les documents du taxieurs. «Vous êtes tous pareils. Vous faites ce que vous voulez de nous. C’est vous qui nous impose la direction et le prix, alors que la loi et toute autre choses », cria-t-il devant la foule pour faire entendre sa voix.  Devant la foulée, nous avons pris quelques photos pour les besoins de notre travail journalistique, un policier en civil nous interpelle brusquement en nous demandant la présentation de documents. « Carte presse et carte identité avec  un « excès de zèle » qui ne devra pas avoir lieu en aucun cas face à la présentation de la carte professionnelle presse qui fait son travail à toute heures et en tous lieux. Sauf cas échéant. Nous subissons déjà trop de pressions » qui empêchent l’évolution des situations.  

Non à l’ excès de zèle

Chose faite devant l’exigence de la loi, le policier en civil, vérifie la conformité des deux pièces exigées, et nous rend les documents quelques temps après. Ce qui est une bonne chose dans la mesure ou l’ on fait son travail. mais également, faire la part des choses entres les vrais et les faux journalistes qui se présentent comme telles. Ils sont nombreux à piétiner la noblesse de la profession journalistique qui restera au service de l’intérêt général et national sans parti pris. Que veut le peuple ?.LE hic, c’est dans quelques dépassement es limites de la loi qui régissent le fonctionnement institutionnelles et médiatiques à la fois.  La protection des journalistes est une fois de plus appelées à se concrétiser d’avantage, afin que chacun puisse faire son travail dans les meilleurs conditions et règles constitutionnelles et loyales. L’Etat est là, pour protéger et sécuriser le citoyen et non pas les brusquer, surtout lorsque l’on n’est pas dans toutes ses forces morales et physiques. Choses qui peuvent générer d’autres situation aggravant de la santé du citoyen. Quelques soit la fonction et le grade: «Nul n’est au-dessus de la loi.».  

Rédaction

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles