Transfert des biens à l’étranger: les candidats à la présidentielle promettent

0
137

La question de la récupération des fonds transférés illicitement à l’étranger par des hommes d’affaires, des politiciens et des parties influentes incarcérés pour corruption s’est imposée aux cinq candidats en lice pour la Présidentielle du 12 décembre prochain qui se sont, tous, engagés lors de leur campagne électorale à ne ménager aucun effort pour leur rapatriement.

Contrairement aux dossiers habituellement évoqués par les candidats lors de leurs campagnes électorales, la question de la récupération des fonds transférés illicitement, ces deux dernières décennies, estimés par les experts à des centaines de milliards de dollars, a été mise en exergue par les cinq candidats lors de leurs sorties médiatiques et leurs meetings. Cependant, la plupart d’entre eux n’ont pas dévoilé les détails techniques de ce dossier complexe. Dans l’une de ses sorties médiatiques, le candidat indépendant à la Présidentielle, Abdelmadjid Tebboune a affirmé, avec une grande assurance, qu’il comptait récupérer les fonds volés, déclarant si je ne parviens pas à récupérer leur totalité, je veillerai à récupérer une bonne partie de ces fonds.Tebboune affirme connaître les lieux de placement de ses fonds qui permettront une fois rapatriés de couvrir une grande partie des dépenses programmées dans le cadre de son programme électoral. Il refuse, néanmoins, de dévoiler leurs lieux de placement » qui doivent rester secrets pour ne pas permettre aux parties concernées de prendre leurs précautions.De son côté, le président du parti Talaie El Houriyet, Ali Benflis s’engage, dans son programme électoral, à lancer des initiatives à l’adresse des institutions financières et pays concernés pour récupérer les fonds transférés illicitement par des Algériens à l’étranger.

Y.B

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here