12 C
Alger
lundi 25 janvier 2021

Start-up: La loi de finance 2021 favorise les investissements

A lire

Plusieurs intervenants ont souligné mercredi à Alger que la loi de Finances LF 2021 renferme de nombreuses dispositions en faveur de l’investissement, de la régulation des importations, ainsi que l’encouragement des start-ups, élaborées dans un contexte économique impacté par la crise sanitaire du Covid-19.

S’exprimant lors d’une journée d’information sur la loi de Finances 2021 organisée par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie CACI en partenariat avec la start-up spécialisée dans la recherche et la veille juridique Légal Doctrine, des membres du gouvernement et des experts ont affirmé que la LF 2021 contient des mesures devant permettre d’équilibrer la balance commerciale, de capter des investissements directs étrangers IDE et soutenir le pouvoir d’achat des Algériens.   Dans ce contexte, le ministre du Commerce, Kamel Rezig et le ministre délégué chargé des Start-up et de l’Economie de la connaissance, Yacine El-Mahdi Oualid qui ont assisté à l’ouverture des travaux de cette journée, ont souligné dans un point de presse le rôle pédagogique de cette rencontre d’information dans la vulgarisation de la loi de Finances 2021 auprès des opérateurs économiques. 

Equilbre de la balance commerciale

M.Rezig a affirmé à l’occasion que les nouvelles mesures introduites dans cette loi de Finances 2021 favorise une croissance économique réelle et un équilibre de la balance commerciale à travers la promotion des exportations hors hydrocarbures et la régulation des importations.La nouvelle loi renferme de nombreuses dispositions pour éviter les importations inutiles et encourager la production locale, ce qui nous permettra de préserver les entreprises nationales et sauver des emplois, a-t-il fait valoir. M.Yacine Oualid a assuré, de son côté, que pour son secteur de nouvelles mesures ont été apportées par cette nouvelle loi afin de promouvoir l’écosystème des start-up algériennes. Il a cité notamment les exonérations fiscales considérables au profit des entreprises disposant du label startup, mais aussi pour les structures d’accompagnement des start-up incubateurs et accélérateurs.

Benkhalfa plaide pour la LF 2021

L’ancien ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, qui a été convié à cette rencontre en tant qu’expert, a estimé pour sa part que la LF 2021 a apporté des clarifications sur certains points essentiels notamment sur la règle 51/49 qui ne sera applicable que pour les secteurs stratégiques. Une clarification qui permettra aux investisseurs nationaux et étrangers d’aller dans un marché stabilisé dans les règles de l’investissement, a-t-il encore précisé. Il a également évoqué la réglementation fiscale qui s’applique aux systèmes CKD/SKD, rappelant que la LF 2021 prévoit une fiscalisation des inputs de l’industrie de montage depuis la téléphonie jusqu’aux matériels de travaux publics en passant par l’industrie automobile.

Nassima A

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles