8 C
Alger
samedi 31 octobre 2020

Start-up: La locomotive du nouveau modèle économique

Doit Lire

Covid-19: 306 nouveaux cas 184 guérisons et 8 décès

Trois cent six 306 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 184 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Covid-19: Le risque de la 2ème vague en Afrique

 L'Afrique doit se préparer à une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus au moment où l'Europe subit une hausse des cas et...

Carburant : Convertir 500.000 véhicules/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié GPL, a indiqué l'Union nationale...

Feux de forêts: Etablire le bilan des indemnisations

 Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a établi le bilan définitif des indemnisations en nature permettant aux agriculteurs et éleveurs...

Le président Abdelmadjid Tebboune a mis l’accent sur l’importance de soutenir et d’encourager les start-up afin d’en faire le moteur d’un nouveau modèle économique en Algérie, à l’ouverture de la conférence nationale sur les start-up tenue au CIC du Club des Pins, à 30 km à l’ouest d’Alger. Un modèle axé sur la connaissance, le savoir-faire, « où les start-up seront érigées en locomotive », a-t-il souligné. Cette rencontre « vient en prélude de mesures pour la concrétisation d’un objectif ultime, à savoir investir dans les capacités et les projets de nos jeunes et leur mobilisation au service de l’économie nationale », a ajouté le chef de l’Etat. Il s’agit, selon le chef de l’Etat, de « mobiliser les capacités des jeunes pour une action commune, l’échange d’expériences et de tracer les contours d’une économie de connaissance reposant sur l’innovation et la recherche de tous les outils et moyens technologiques, devenus l’un des fondements des économies modernes. » Il a mis en relief, dans son discours, la nécessité « d’encourager les initiatives » des porteurs de projets dans ce domaine et d’éviter « de briser les rêves des jeunes. ».

CAP sur les porteurs de projets

Pour le président de la République, « cette jeunesse qui aspire, avec un haut sens du patriotisme et avec ses propres moyens, à accéder aux marchés internationaux, mérite tout le soutien et l’encouragement. ».  Il a annoncé, par la même occasion le lancement officiel du Fonds national pour le financement des start-up, dont le mode de fonctionnement se distinguera par une « flexibilité » et une « tolérance aux risques. »  « Afin de permettre aux porteurs de projets innovants de concrétiser leurs idées, il était nécessaire de renforcer l’écosystème de l’innovation dans notre pays pour le hisser au niveau des aspirations de nos jeunes, un écosystème qui puisse leur garantir les mécanismes de financement adéquats », a souligné le président de la République. La mise en place de ce nouveau système de financement, de par sa « flexibilité », évitera aux jeunes porteurs de projets les lenteurs bureaucratiques des banques. Le porteur de projet « qui persévère et réussit sera doublement récompensé, et celui qui échouera aura au moins le mérite d’avoir essayé », a ajouté le chef de l’Etat. Il a précisé qu’au cas où « l’idée n’aboutit pas », le porteur de projet pourra de nouveau réessayer jusqu’à ce qu’il trouve « sa voie et l’idée » qui lui profitera et profitera à l’économie nationale. Le fonde national dédié aux start-up sera financé par l’Etat. Mais il restera « ouvert au secteur privé et les sociétés étrangères qui souhaiteraient y contribuer financièrement en devise ou en monnaie nationale », a déclaré le président Tebboune. Il a, dans le même temps, formulé le vœu de voir ce Fonds répondre dans les plus courts délais aux demandes de financement des porteurs de projets, et les walis d’agir avec la même diligence dans le domaine du foncier industriel au profit des start-up d’ici fin 2020.

Eradiquer les entraves administratives

Le chef de l’Etat a réitéré son engagement d’éradiquer « définitivement » les pratiques bureaucratiques. Des pratiques qui ont privé des jeunes porteurs de projets à concrétiser et à réaliser rêves, poussant nombre d’entre eux vers l’émigration. « L’ère des entraves administratives et bureaucratiques est révolue », a affirmé le président Tebboune. La concrétisation de cet engagement « se traduira par l’adoption d’un nouveau système déclaratif au profit des porteurs de projets innovants leur permettant de concrétiser leurs idées loin de toute entrave à caractère administratif », a-t-il souligné. La conférence, organisée par le ministre délégué chargé de l’Economie de la connaissance et des start-up, a réuni près de 1 000 participants, entre start-up, incubateurs, représentants d’institutions gouvernementales et financières, opérateurs économiques, experts, associations, universités et centres de recherches.

D. Farouk /APS

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Covid-19: 306 nouveaux cas 184 guérisons et 8 décès

Trois cent six 306 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 184 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Covid-19: Le risque de la 2ème vague en Afrique

 L'Afrique doit se préparer à une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus au moment où l'Europe subit une hausse des cas et...

Carburant : Convertir 500.000 véhicules/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié GPL, a indiqué l'Union nationale...

Feux de forêts: Etablire le bilan des indemnisations

 Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a établi le bilan définitif des indemnisations en nature permettant aux agriculteurs et éleveurs...

Covid-19: 9 wilayas concernées par les mesures de confinement

Le nombre de wilayas concernées par les mesures de confinement partiel à domicile, dans le cadre de la prévention contre la pandémie...