Présidentielle : la marche du 11 décembre secoue le système politique

0
119

Alger. Hirak.  Estimé à plus de 20 000 Algériens qui ont marché ce mercredi 11 décembre, afin de rappeler et dire une fois de plus, « non aux élections présidentielles du 12 décembre 2019 », des centaines de familles et personnes de tous âges qui sont descendu au centre de la capitale dès 11h00 de la matinée, avant de se retrouver par milliers au point de changer l’atmosphère de politique citoyennes en quelques heures. Pour pouvoir changer le système politique illégitime qui a ruiné le pays depuis l’indépendance nationale, on doit poursuivre le combat pacifique même après les élections du 12 décembre 2019, ont indiqués des groupes de marcheurs. Dr Kadi Fatiha, psychiatre souligne « C’est l’organisation horizontale qui a permis au peuple pour marcher depuis près de 10 mois déjà. Toutes les catégories socio professionnels sont sorties dans la rue pour refuser les élections présidentielle qui ne changera pas le système politique actuel » selon Dr Kadi âgée de 50 ans environ. De son coté, accompagnée de sa maman durant la marche, Mme Sara K, Neuroscience, cadre dans le secteur de la pharmacie qui en avait le cœur damné contre le système politique corrompu, nous orienta du premier coup à sa maman pour s’exprimer cette formidable mobilisation du peuple. A l’instar des milliers et millions d’Algériens qui ont la responsabilité morale et citoyenne, ce cadre du secteur de la pharmacie qui enregistre des dossiers obscurs et très louches, lance avec opiniâtrement « Je ne peux pas parler. Il me faut des heures et des heures », elle ajoute « j’ai l’amour du pays dans le sang. Malheureusement, ma prise de conscience politique est venue tardivement, parceque, ils nous ont bornés les esprits avec leurs médias partisans et discours mensongers et idéologiques », a-t-elle déplorée, tout en continuant à scander des slogans contre les élections présidentielle de ce 12 décembre qui n’apporteront aucun changement, mais bien au contraire, c’est la continuité du système politique corrompu qui va perdurer encore au dépend de la volonté du peuple, selon Mme Sara. A l’instar des milliers qui se sont réveillé tardivement, elle souligne en quelques lignes « Ce n’est pas maman qui m’a inculqué l’amour du pays, je suis née avec l’amour du pays ».

A.S

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here