21 C
Alger
jeudi 1 octobre 2020

Phélatélie: Ali-Khodja passe de la peinture à l’huile à la peinture abstraite

Doit Lire

RCD: Mohcine Belabbes ne s’est pas présenté à la commission discipline de l’APN

Mohcine Belabbes, président du RCD a refusé de se présenter aujourd’hui 30 septembre 2020 devant la commission de discipline de l’APN, afin...

Eléction présidentielle Américaine: Joe Biden et Donald Trump face aux électeurs USA

Le premier débat pour l'élection présidentielle américaine s'est tenu dans la nuit de mardi à mercredi à Cleveland Ohio, dans un climat...

Réforme économique: Le diplomate britanique Lord Richard Risby éstime que l’Algérie a fait un pas en avant

L’Algérie a amorcé une étape de changement positif, grâce aux nouvelles réformes introduites récemment, a estimé, mercredi, Lord Richard Risby, l’Envoyé du...

Covid 19: 162 nouveaux cas 111 guérisons et 8 décès

Cent soixante-deux 162 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 111 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en...

Ali-Khodja Ali, miniaturiste et peintre disparu il y a dix ans, a marqué de son empreinte la mémoire collective, surtout à travers le timbre-poste. Son nom restera à jamais gravé dans le catalogue philatélique algérien qu’il a enrichi d’une cinquante de vignettes.

Elève et neveu des artistes Mohamed et Omar Racim, ses oncles maternels, Ali-Khodja Ali signe le premier timbre émis le 5 juillet 1963, portant la mention EA Etat algérien.La vignette, émise à l’occasion du premier anniversaire de l’indépendance, sera suivie par d’autres commandes du ministère de la Poste pour le compte duquel l’artiste réalisera des timbres jusqu’en 1981.Natif d’Alger en 1923, Ali-Khodja Ali a grandi entouré de  ses deux oncles artistes qui le recueilleront à l’âge de 4 ans  après le décès de son père. Ancien élève d’Omar Racim à l’Ecole des Beaux-arts d’Alger, il dévoile ses premières œuvres à l’âge de 23 ans, après avoir suivi des cours de calligraphie et d’enluminure avec comme condisciples Mohamed Temmam et Bachir Yelles. Ali-Khodja a enseigné durant une trentaine d’années la décoration à l’Ecole des Beaux-arts, après avoir quitté, en 1961, le poste de dessinateur au Bureau d’étude du service de l’Artisanat, ancêtre du Musée des arts et traditions populaires. Après l’indépendance, il se consacre à la conception d’affiches, en se distinguant notamment par celle consacrée au premier Festival panafricain 1969. Mais n’abandonnera pas pour autant la peinture et continuera à participer aux expositions collectives. En 1990, il présente ses nouvelles toiles dans une exposition individuelle à Alger avant d’y exposer -pour une dernière fois-, en 2009.

Du figuratif à l’abstrait

Sa passion pour les chevaux et les chats particulièrement, s’illustre à partir de la fin des années 1960 à travers ses peintures qui prenaient pour thème les animaux. Cette tendance est perceptible notamment dans  » Les chats 1972 et La harde 1979, une des plus célèbres œuvres d’Ali Khodja représentant des chevaux dans une exquise palette de couleurs. Traumatisé par l’assassinat de son oncle, Mohamed Racim, et de son épouse  en 1975, l’artiste cessera toute activité artistique  jusqu’au début des années 80. Cette période de la vie de l’artiste coïncide avec l’abandon des thèmes animaliers et des paysages pour la peinture abstraite, avec des titres allusifs comme dans signe des temps 1982 , cosmogonie 1983, Obsession 1985 ou encore ambivalence 1986.Ce passage à l’abstrait était, pour un artiste effondré émotionnellement, une forme d’expression et de compréhension de l’univers. Le style figuratif était pour Ali-Khodja, une sorte de « libération  émotionnelle dans une dimension où l’espace est plus grand », expliquera le miniaturiste Mustapha Adjaout, son ancien élève.Jusqu’à la fin de sa vie, Ali-Khodja Ali continuera à peindre, sans que le poids de l’âge n’ait jamais eu d’emprise sur sa créativité. »Dans son atelier à El Biar, il passait le plus clair de son temps entre son chevalet et son ordinateur à écouter la musique universelle et la musique traditionnelle algérienne », se souvient son fils, Abderrahmane, rencontré dans son cabinet dentaire algérois. »Mon père qui croyait en ses choix esthétiques, ne s’était jamais occupé de la gestion de sa carrière artistique. Il n’attachait aucun intérêt à la promotion de son œuvre, témoigne-t-il. Un témoignage qui fait écho au portrait que lui avait consacré en 1990 le poète et journaliste Tahar Djaout décrivant ainsi Ali Khodja Ali, artiste exigent et discret qui n’excelle guère à brasser du vent ou à emboucher des trompettes, qui tient avant tout à son plaisir et à sa liberté de créer.

M.K

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

RCD: Mohcine Belabbes ne s’est pas présenté à la commission discipline de l’APN

Mohcine Belabbes, président du RCD a refusé de se présenter aujourd’hui 30 septembre 2020 devant la commission de discipline de l’APN, afin...

Eléction présidentielle Américaine: Joe Biden et Donald Trump face aux électeurs USA

Le premier débat pour l'élection présidentielle américaine s'est tenu dans la nuit de mardi à mercredi à Cleveland Ohio, dans un climat...

Réforme économique: Le diplomate britanique Lord Richard Risby éstime que l’Algérie a fait un pas en avant

L’Algérie a amorcé une étape de changement positif, grâce aux nouvelles réformes introduites récemment, a estimé, mercredi, Lord Richard Risby, l’Envoyé du...

Covid 19: 162 nouveaux cas 111 guérisons et 8 décès

Cent soixante-deux 162 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 111 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en...

Téléphonie Mobiles: L’autorité de régulation sanctionne Mobilis, Djezzy et Ooredoo

L'Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques ARPCE a annoncé, mercredi dans un communiqué, avoir prononcé des sanctions pécuniaires...