9 C
Alger
mardi 19 janvier 2021

Olivier Le Cour Grandmaison: « La France n’a pas tenue toutes ses promesses »

A lire

Le politologue français, Olivier Le Cour Grandmaison, révèle que la la france a fait beaucoups de promesses qu’elle n’a pas tenue en matière de restitution des archives algériens, en plus du refus de la France de reconnaître ses crimes coloniaux.

« Beaucoup de promesses et quelques décisions bien mises en scène par des professionnels de la communication, mais en pratique peu de décisions concrètes », a déploré le politologue Français, Olivier Le Cour qui n’ pas manqué de souhaiter l’ouverture et la consultation libres des lesdites archives a indiqué dans un entretien accordé au quotidien El-Watan. Argumentant son propos, il cite en particulier les archives relatives aux massacres du 8 mai 1945 et du 17 octobre 1961, notant « qu’une bonne partie de ces dernières demeurent toujours fermées. Cela, au moment où « l’accès aux archives les plus sensibles, reste soumis au principe des érogations, et donc, à l’arbitraire de certaines institutions, comme l’armée et la police, soucieuses de leur image et de la défense de la raison d’Etat au détriment de la vérité historique. Ce qui l’amène à déduire que les changements sont cosmétiques et pas à la hauteur de ce qui est attendu, le système dérogatoire étant une entrave manifeste aux libertés académiques et à celles de la recherche. A la question de savoir si la France pourrait rejoindre le club restreint des pays ayant présenté des excuses pour leurs crimes coloniaux en Afrique, M. Le Cour Grandmaison déplore un mépris confondant et scandaleux des présidents et les gouvernements français successifs envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés sans vergogne et envers leurs héritiers français ou étrangers. Il fera observer, à ce propos, que ces derniers, aux côtés des universitaires, des militants, des associations et de quelques organisations politiques, « ne cessent de réclamer la reconnaissance des crimes d’Etat commis sur les territoires coloniaux et même en métropole, rappelant, à nouveau, les massacres du 17 octobre 1961.

Mohamed Kateb

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles