21 C
Alger
jeudi 1 octobre 2020

Mustapha Mekideche: « la révision de la loi sur les hydrocarbures est nécessaire »

Doit Lire

RCD: Mohcine Belabbes ne s’est pas présenté à la commission discipline de l’APN

Mohcine Belabbes, président du RCD a refusé de se présenter aujourd’hui 30 septembre 2020 devant la commission de discipline de l’APN, afin...

Eléction présidentielle Américaine: Joe Biden et Donald Trump face aux électeurs USA

Le premier débat pour l'élection présidentielle américaine s'est tenu dans la nuit de mardi à mercredi à Cleveland Ohio, dans un climat...

Réforme économique: Le diplomate britanique Lord Richard Risby éstime que l’Algérie a fait un pas en avant

L’Algérie a amorcé une étape de changement positif, grâce aux nouvelles réformes introduites récemment, a estimé, mercredi, Lord Richard Risby, l’Envoyé du...

Covid 19: 162 nouveaux cas 111 guérisons et 8 décès

Cent soixante-deux 162 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 111 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en...

L’expert du domaine des hydrocarbures, insiste sur la révision de l’actuelle loi sur les hydrocarbures qui s’impose pour de multiples raisons.  » il faut choisir la méthode et le bon timing pour bien faire », a affirmé jeudi à Alger l’économiste et spécialiste des questions énergétiques, Mustapha Mekideche. 

Mon analyse sur le projet de loi sur les hydrocarbures est qu’il y a bien nécessité de réviser le texte en vigueur, mais ce n’est pas la meilleure méthode et le bon timing, a-t-il expliqué dans une déclaration à l’APS.  Il y a certes nécessité de réviser la loi sur les hydrocarbures qui n’a pas été un instrument d’attractivité de l’investissement performant notamment par rapport à la loi 86/01 révisée en 1991, a-t-il ajouté, rappelant que sous l’empire de cette dernière, l’Algérie a été, en 1998, le premier découvreur d’hydrocarbures dans le monde. Cela d’ailleurs, a-t-il poursuivi, « ne fait aucun doute pour Sonatrach, d’abord, et la communauté des experts. On peut citer le marqueur essentiel de son inefficacité : la chute de la production d’hydrocarbures constaté depuis 2007, à ce jour, indiquant bien que la loi en vigueur depuis 2005, révisée en 2013, n’a pas créé un flux significatif d’investisseurs en partenariat avec Sonatrach. Selon lui, pour inverser cette tendance sachant, comme indiqué par l’opérateur national lui-même, les capacités financières et techniques insuffisantes de Sonatrach, seule et sans partenaires, sont insuffisantes pour lui permettre de renouveler les réserves et de maintenir son niveau de production et exportation.Sonatrach l’a d’ailleurs exprimée de façon inédite une semaine avant que le gouvernement ne déterre le projet de révision de la loi sur les hydrocarbures, qui était mis en stand-by depuis plusieurs années, a-t-il avancé.

La souveraineté nationale est un préalable

Que le timing ne soit pas approprié sur le plan politique et institutionnel pour élaborer et faire approuver une telle loi cela est évident aussi, y compris, d’ailleurs, au regard des investisseurs internationaux potentiels qui attendront la mise en place d’institutions légitimes pour la tester, a-t-il souligné dans sa déclaration.Il y a des opinions qui s’expriment observant même qu’un président légitime n’est pas suffisant et qu’il faudra attendre un nouveau Parlement pour voter une telle loi. Pour le fond, et pour autant que je sache, il n’y a pas, dans le nouveau texte, de recul en termes de souveraineté sur les gisements découverts concernant la méthode, l’expert Mekideche considère qu’ il y a, à présent, une problématique émergente, dont il faudra tenir compte s’agissant de la politique des hydrocarbures: celle de la transition énergétique. Cela d’autant qu’à la fin de la prochaine décennie, les courbes de production et de consommation d’énergies vont se croiser. Dans ce contexte, la vraie question est d’inscrire cette loi dans « une démarche stratégique portant consensus national sur la transition énergétique du pays, a-t-il recommandé, jugeant que cela ne pourrait se faire que par un Président de la République et un Parlement légitime après un large débat national.La révision prendrait ainsi la forme d’une loi organique sur la transition énergétique qui encadrera les différentes composantes de la production et de la consommation énergétique: énergies renouvelables, énergies fossiles y compris le sujet qui fâche des hydrocarbures non conventionnels et la rationalisation du modèle de consommation énergétique, a-t-il soutenu.Une telle approche demande, a-t-il estimé, « à la fois de respecter le principe de réalité, d’avoir de la lucidité et une vision à long terme dans la problématique énergétique sensible et complexe tout en étant en écoute citoyenne.Il a recommandé, qu’à ce propos, les appréhensions du mouvement populaire devront trouver des réponses, à la fois sur le timing, la forme et le fond. Alors, après avoir attendu depuis 2014, donnons du temps au temps. C’est ainsi que se construiront les consensus sur les grandes problématiques nationales telle que celle de l’énergie.

N.A/APS

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

RCD: Mohcine Belabbes ne s’est pas présenté à la commission discipline de l’APN

Mohcine Belabbes, président du RCD a refusé de se présenter aujourd’hui 30 septembre 2020 devant la commission de discipline de l’APN, afin...

Eléction présidentielle Américaine: Joe Biden et Donald Trump face aux électeurs USA

Le premier débat pour l'élection présidentielle américaine s'est tenu dans la nuit de mardi à mercredi à Cleveland Ohio, dans un climat...

Réforme économique: Le diplomate britanique Lord Richard Risby éstime que l’Algérie a fait un pas en avant

L’Algérie a amorcé une étape de changement positif, grâce aux nouvelles réformes introduites récemment, a estimé, mercredi, Lord Richard Risby, l’Envoyé du...

Covid 19: 162 nouveaux cas 111 guérisons et 8 décès

Cent soixante-deux 162 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 111 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en...

Téléphonie Mobiles: L’autorité de régulation sanctionne Mobilis, Djezzy et Ooredoo

L'Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques ARPCE a annoncé, mercredi dans un communiqué, avoir prononcé des sanctions pécuniaires...