5 C
Alger
mercredi 25 novembre 2020

Mustapha Bouchachi « Je n’ai pas à répondre sur ma visite au domicile Ali Belhadj »

Doit Lire

BEA-FGAR: Convention de garantie des crédits accordés aux PME

La Banque Extérieure d’Algérie BEA et le Fonds de garantie des crédits aux PME FGAR ont signé une convention-cadre permettant aux petites...

Covid 19: 1133 nouveaux cas 649 guérisons et 15 décès

Mille cent trente trois 1133 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 649 guérisons et 15 décès ont été enregistrés durant les dernières 24...

Justice-Covid19: Plusieurs affaires pénales reportées en raison de la contaminations d’avocats

Le report de plusieurs affaires pénales dont les procès étaient programmés au niveau de plusieurs juridictions intervient à la demande de la...

Marché du pétrole: Le besoin estimé à 104 millions b/j d’ici 2025

La demande mondiale de pétrole devrait atteindre près de 104 millions de barils par jour d’ici 2025, a indiqué le Secrétaire général...

Object d’une grande polémique durant ces derniers jours qui a fait réagir de nombreux  internautes dans les réseaux sociaux, l’avocat Mustapha Bouchachi, que nous avons croisé à Alger centre, répond sur la question de sa visite au domicile d’Ali Belhadj en compagnie de Lakhdar Bouragaa et Samir Benlarbi. «  Je n’ai pas à m’expliquer sur la visite que j’ai rendue à son domicile. Cette personne est privée de son droit de faire sa prière à la mosquée », a-t-il répondu.  Accroché sur  le bilan de son passé politique  durant la décennie noire au point d’enregistrer 200 000 victimes du terrorisme, et autrés traumatisme et dégâts matériels, Maitre Bouchachi, rétorque «  Il n’est pas le seul à être enrôlé  dans la décennie noires. Il y a ceux qui sont induit en erreur et d’autres qui savaient pourquoi ont-ils versés dans la violence », selon cet avocat qui réjouit d’une grande popularité dans la marche du peuple qui lutte pour la légitimité politique depuis 1962.  Evitant de répondre aux  détails de notre curiosité journalistiques, Me Bouchachi revient sur le processus électoral qui a été arrêté en repoussant la responsabilité des crimes contre ceux qui ont donné l’ordre à commencer par le général Khaled Nezzar. «  Les gens doivent changer de mentalité et penser à autres choses pour rendre la légitimité politique au peuple », selon lui.Tout en évitant d’entrer dans les considérations politiques  de la chose, l’avocat semble oublier la souffrance du peuple durant  des décennies au point de perdre la confiance, Me Bouchachi modère et poursuit son raisonnement en tant qu’avocat et avance « Je ne vois pas pourquoi ne  pas rendre visite à une personne qui a purgé sa peine.  J’ai défendu toutes les catégories et militants de la cause du peuple. Qu’ils soient laïcs, islamistes ou démocrates », dit-il, tout en gardant un fort espoir pour le changement pacifique et la légitimité politique du peuple.

M.Y

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

BEA-FGAR: Convention de garantie des crédits accordés aux PME

La Banque Extérieure d’Algérie BEA et le Fonds de garantie des crédits aux PME FGAR ont signé une convention-cadre permettant aux petites...

Covid 19: 1133 nouveaux cas 649 guérisons et 15 décès

Mille cent trente trois 1133 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 649 guérisons et 15 décès ont été enregistrés durant les dernières 24...

Justice-Covid19: Plusieurs affaires pénales reportées en raison de la contaminations d’avocats

Le report de plusieurs affaires pénales dont les procès étaient programmés au niveau de plusieurs juridictions intervient à la demande de la...

Marché du pétrole: Le besoin estimé à 104 millions b/j d’ici 2025

La demande mondiale de pétrole devrait atteindre près de 104 millions de barils par jour d’ici 2025, a indiqué le Secrétaire général...

Mohand Azzoug: « Les familles ne doivent pas se laisser emporter par des problèmes d’héritages »

Mohand Azzoug, directeur de l’orientation et de l’enseignement du Coran au ministère des Affaires religieuses et des wakfs, répond à quelques questions...