14 C
Alger
lundi 25 janvier 2021

Mohand Azzoug: « Les familles ne doivent pas se laisser emporter par des problèmes d’héritages »

A lire

Mohand Azzoug, directeur de l’orientation et de l’enseignement du Coran au ministère des Affaires religieuses et des wakfs, répond à quelques questions d’actualités nationales et internationale qui sont liés directement aux conflits d’héritages. De nombreuse familles doublement endeuillées par les décès et  les problèmes d’héritages qui suivent et engendrent des déchirements que l’on peut éviter avec la sagesse morale et loyautés.

L’augmentation du nombre des décès  à cause de la propagation de la pandémie du covid-19 coronavirus qui a laissé des centaines de morts depuis février 2020, engendre d’autres problèmes non déclarés à présent. Répondant à quelques questions liées à l’héritage qui engendrent de grandes querelles, séquelles et divisions dans les cellules familiales à cause de la cupidité matérielle et financière, Mohand Azzoug, directeur de l’orientation et de l’enseignement du Coran au ministère des Affaires religieuses et des wakfs, souligne « La question de l’héritage est trés pertinente dans la société. L’héritage  revêt une très grande importance dans la religion musulmane. Le coran a répondu et a clarifié cette situation dans ses moindres détails. Les familles ne doivent pas se laisser emporter par des intérêts  matériels et financiers au dépend des liens familiaux,  à savoir couper les liens avec les parents, les frères, les cousins, les oncles, les tantes et tous les proches de la famille de près ou de loin » a-t-il affirmé dans un appel par téléphone.  Les problèmes de l’héritage engendrent des violences qui se répercutent  négativement sur les liens familiaux, sociaux, culturelles, économique et plus. Le Coran  répond à toutes les questions et préoccupations soulevées.

Les conseils scientifiques à la rescousse des familles

Interrogé sur le rôle  et l’implication des services concernés des affaires religieuses dans le pays, M Azzoug a souligné que des conseils scientifiques sont installés dans toutes les wilayas du pays, afin de répondre aux doléances des citoyens et  familles concernées par les problèmes d’héritages. «  Le conseil scientifique invite toute les parties concernées, afin d’écouter les parties. Ce n’est qu’après cela, que le conseil se prononce.  Il ya ceux qui acceptent et ceux qui rejettent  les orientations et les solutions qui leurs sont proposées. Le conseil scientifique ne peut pas allé au-delà. Le conseil scientifique et neutre et se prononce sur la base de la connaissance scientifique, jurisprudence et les recommandations de notre religion l’islam », a-t-il indiqué.  Au sujet des statistique que l’on peut donner sur  le volume des conflits résolut ou échoués dans ce sens, Dr Mohand Azzoug, affirme que « Le travail des conseils scientifiques des wilayas et enregistrés depuis sa mise en place il y a des années. Le conseil  scientifique n’a pas commencé à l’arrivée de la pandémie de coronavirus seulement pour répondre aux préoccupations des familles et individus qui ont des problèmes d’héritages et autres conflits familiaux.

Amar Chekar              

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles