L’art du mensonge

0
247

C’est sûr que rien n’est sûr. Cinq candidat tous issus de la tendance de l’ex parti unique FLN, se présentent aux prochaines élections présidentielle du 12 décembre 2019.  Ces candidats ont tous des programmes à défendre.  Ces candidats savent à l’avance qu’il n’y aura qu’un seul qui sera président. Ces candidats savent aussi que le peuple est contre les élections présidentielles qui ne présentent aucune crédibilité. Voilà ou réside toute la problématique de la politique du mensonge. Tout le monde sait que, aucun ne programme et aucun président ne réussira sa politique sans consentement du peuple qui réclame dans sa majorité absolue, « le départ des symboles du système corrompu ». En parallèle, il y a bien sur des garanties qui sont donné pour assurer une élection présidentielle propre, transparente et honnête.  L’une des mesures qui ont étés avancées depuis quelques jours, c’est de libérer le personnel de l’administration qui sont appelé à prendre part dans le processus de l’organisation des élections pour ne pas utiliser les moyens de l’administration au profit des candidats.   L’application internet qui devait être mise en place pour suivre, contrôler les fichiers des électeurs a été reporté pour une date ultérieure et on ne sait pourquoi. Le peuple continue de sortir chaque vendredi pour dire « Non aux élections présidentielle dans l’Etat actuel des choses ».  Autant de questionnements, autant d’interrogations, et très peu de proposition pour trouver une solution à la crise politique et économique du pays.  Hors, il suffit de répondre à l’appel du peuple qui continue de défier la chronique pour avoir un consensus politique globale favorable à l’édification du pays. Trois noms bloquent tout un pays.  Que représentent en fait ces trois responsables politiques à savoir Bedoui, Ben Salah et Gaid Salah devant un peuple qui réclame le changement du système ?Il suffit qu’ils partent pour voire une nouvelle dynamique politique qui stabilisera le pays.  Mais, il faut savoir que jusqu’à preuve du contraire. Même s’ils veulent partir, le système a besoin d’eux. La règle du développement c’est le changement climatique, non plus tôt le changement du système politique au-dessus des noms et des personnes. la vérité sur le blocage, on la saura un jour ou l’autre. c’est garantie.

A.C       

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here