17 C
Alger
mercredi 27 janvier 2021

La famille en division au coeur du mal et du malheur des enfants

A lire

Actualisé. L’ignorance, l’égoïsme matériel et les affaires d’héritages ont toujours faits des victimes depuis la nuit des temps. Pauvres ou riches, savant ou ignorant, enseignant ou élève, perdre et ignorer ses valeurs morales, humaine et dignité au profit de l’argent sal est un crime. Certaines personnes vivent comme des corbeaux qui attendent leurs victimes. Il y a des limites à tout. Il est temps que chacun reconnait ses fautes, demande pardon à son propre créateur et à sa soi même pour retrouver sa place avant que ce soit tard. Il y a ceux qui luttent pour l’intérêt général et d’autres aveuglés par le bien des autres. Individualistes, ne font qu’envenimer leurs propres situations. Casser les tabous, est un salut pour soi. Ils font tous la prière et le carême. Mais ils sont injustes et malhonnêtes devant leurs personnes et créateur de la terre et des cieux.

Dieu est grand tolerant et connaît les secrets de chacun. L’histoire se passe à Béjaia. Des proches et des « faux » beaux-frères malhonnêtes et hypocrites, profitent de la faiblesse et de l’ignorance des parents qui font confiance aux autres au point de laisser leurs propres enfants à l’écart des affaires internes de la petite famille.  Les études psychologiques et sociologiques ne suffisent souvent pas pour connaitre et comprendre le fond des peuples. « Quoiqu’il en soit, je n’en veux pas à la maman. Mais, j’en veux beaucoup à l’entourage qui fait très mal aux enfants qui ne savent plus à quels sains se vouer. D’une coté, c’est la maman que l’on ne veut pas malmener devant la justice et de l’autre côté, c’est la tradition qui empêche de réagir contre les éléments proche de la famille, même si ces derniers ont trahit la confiance et ont dépassé toutes les limites morale et valeurs culturelles, religieuses et traditionnelle » dénonce Aomar Chaker, qui prépare tout un livre à éditer sur la responsabilité parental et familiale.

La responsabilité familiale

Parent et familles démissionnaires devant les situations de près et de loin, certains, ne se gênent nullement de convoiter ce qui ne leurs appartient pas. Ce qui ne leurs revient d’aucun droit tout en poussant à la séparation des enfants avec leurs famille. Conscient de ses devoirs et responsabilités, conscient du bien et du mal, Aomar a quitté son domicile famille depuis plus de deux ans, Aomar revient sur un souvenir qu’il a noté depuis la veille de son départ « Je suis pris entre l’enclume et le marteaux. D’un côté, La famille n’a jamais réagi de manière à ramener les parties concernés à revenir à la raison et la légitimité des choses, et de l’autre coté, je suis très gêné de saisir le procureur de la République pour les poursuivre devant la justice conformément aux textes du code de la famille, et voire au finale tous les membres défiler devant la barre y compris la maman qui sera mise au centre du conflit », a révélé Aomar. A cause de la maltraitance et la violence de part et d’autre, Aomar est dans la fugue de la maison familiale depuis 34 ans, plus précisément, la veille de l’aïd El Adheha 1986 . 

La voix de la sagesse morale

Observateur et riche de son parcours professionnel qui a connu de toutes les situations, Aomar souligne que de par son expériences et voyages à travers le pays, il a rencontré des problèmes familiaux   plus graves encore. Certaines situations similaires sont arrivées aux bords des crimes à cause des intrus liés à l’héritage. « Depuis le décès de mon père, j’ai vécu le calvaire moral. J’ai découvert tous les visages et comportements qui sont condamnés par la morale, la religion, la loi et la tradition. Il y a des gens qui sèment la zizanie entre les parents et leurs enfants, rien que pour gagner la confiance et profiter de l’absence des enfants », affirme un l’autre frère de Aomar qui s’exprime sous l’anonymat. Il ya des gens qui ont fait leurs vies en trahissant la confiance de mon père et au dépend des enfants légitimes, afin de s’enrichir sans remord de conscience.Prenant son mal en patience, notre source, souligne que la famille se trouve à la base de toutes les réussites et les échecs des enfants. « A l’exception des parents à qui je ne veux pas et je ne peux faire du mal, les autres membres proches de la famille qui ont fait du mal à tort ou à raison, je les défis de m’affronter en face et devant tout le monde. D’ailleurs, c’est pour cela qu’ils ont toujours réussir à semer la haine et la division de ma famille qui restera dans l’histoire du peuple Algérien… ». Contre le mal de l’ignorance, l’intelligence doit agir et réagir pour le bien-être de tous. Contre le mensonge et la trahison de la confiance, disons et osons la vérité pour rétablir les valeurs honnêtes et dignes à l’homme. Contre l’hypocrisie et la croyance populiste, l’authenticité et la bonté du cœur et de l’esprit, doivent agir et réagir pour la vie et la sauvegarde de la créature divine sur terre. Chacun son arme pour vivre et défendre son territoire, notre arme, c’est l’écriture et le partage dans la transparence totale.  « Ce qui différencie l’homme de l’animal, c’est son intelligence, dès lors, réfléchissons et exploitons notre intelligence pour le bien être de l’homme sur terre » dit Yazid depuis la nuit des temps.

A suivre…

Amar CHEKAR                    

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles