13 C
Alger
vendredi 22 janvier 2021

La face cachée du covid-19: L’héritage qui déchire les familles

A lire

Les conflits familiaux qui suivent juste après le décès des parents sont très nombreux à surgir dans et pour le déchirent des liens familiaux à cause des questions et problèmes d’héritage qui sont très nombreux. « Après le décès subite  de mon père qui a laissé une bonne manette pour l’héritage, ce sont d’autres problèmes jamais imaginé que l’on est en train de vivre et de découvrir.  Ce sont les gens proche de la famille à commencer par les beaux frères des uns est des autres qui avide de s’accaparer de ce qui ne leurs revient d’aucun droit, ni moral, ni familiale, ni  légale ni religieusement parlant » regrette Mahfoud, Kaci, ancien cadre supérieur de l’Etat qui n’a pas tardé à contacter un avocat pour défendre ses intérêt au sein du groupe d’intérêts mesquins.  Basé sur des  liens et mariages d’intérêt matériels et financiers, les bourreaux n’attendent que le dernier souffle des parents pour introduirent leurs préoccupations. « Qui ne tente rien, n’a rien. » Si ça marche c’est bon, ils gagnent des parts qui ne leurs appartient pas, si non, ce sont d’autres allégations qui sont affichés sans scrupules et sans  moralités. Méconnaissant ou ignorant totalement l’aspect des lois à commencer par l’exigence de la fridha pour départager les parts d’héritage selon la loi et la tradition religieuse, de nombreuses familles souffrent dans le silence et la solitude. « Ils profitent de l’ignorance et de la générosité des mamans, bon nombre de personnes ne savent pas que la loi est très claire dans sens et ne pardonne devant les situations portés devant les tribunaux, même si les procédures judiciaires sont parfois lentes », a affirmé Mahfoud, qui n’a pas manqué de rappeler les parties et familles de rester prudent et justes devant les situations.

L’imam au centre du règlement des conflits d’héritages

Selon les compétences et les connaissances des imams honnêtes et théologiens qui ont l’habitude d’intervenir dans les situations, de nombreux imams se retrouvent dans l’impasse. Les  familles et personnes s’adressent souvent aux imams du quartier, de la cité ou du village pour trancher entre les parties concernés. Certains réussissent leurs missions d’arbitrage justes et convaincant en donnant les bonnes  solutions que l’on résout à l’amiable, pendant que d’autres échouent pour des raisons divers, à commencer par l’incompétence et le positionnement partielle pour tirer profit au dépend. Cette catégorie d’imams est nombreuse à proposer leurs services aux familles, en contrepartie d’une somme d’argents que l’on donne volontairement ou involontairement. D’autres imams, même si l’on est juste dans la démarche, les parties concernées rejettent la répartition.  

A.C

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles