17 C
Alger
mardi 26 janvier 2021

Nadira Zerrouki 4é dan:  » Le karaté est un sport de sagesse »

A lire

Première femme Algérienne membre de l’union de la méditérranée du karté, Nadira Zerrouki qui a commencée la pratique du karaté à l’âge de 8 ans, est une sacrée double championne d’afrique en  1994 au Maroc. Le voyage a été effectué par bus à partir d’Alger. Classée 3e au podium  à la coupe du monde  en 2003 à  Mosco. Membre de l’equipe nationale de karaté depuis 1988 à 2004, membre du bureau exécutif à la fédération de karaté, Nadira est la première femme Algérienne à représenter le  karaté féminin  en tant que membre de l’union de la méditerranée de karaté depuis avril 2018.  Cette athlète de très haut niveau qui a commencé la pratique du karaté depuis l’enfance, souligne modestement « J’aurais aimée être championne du monde pour notre pays. Mais, hélas, la situation n’était pas facile à l’époque», fera-t-elle savoir. Répondant à la question de l’importance d’être membre à l’union de la méditerranée du karaté, l’athlète répond «  C’est très important pour les athlètes Algériens qui participent aux compétitions à l’étranger. Cela leurs donnent confiances en soi et ça permet aussi de les défendre en cas de d’injustice ou dépassement », a-t-elle affirmée. Enregistrant un nombre de licences karatés beaucoup plus importants que le football national, Nadira Zerrouki, lance le message d’une sportive qui connait la valeur de l’esprit sportif «  Le karaté est avant tout un art martial.  Le karaté comme le judo, sont des disciplines sportives et éducatives de sagesses et de confiances en soi. Le karaté est une discipline de self défense qui permet une meilleure maîtrise et contrôle de soi », a-t-elle soulignée.   Evoquant l’évolution du karaté en Algérie, l’athlète a soulignée que depuis la mise en place de la fédération algérienne de karaté, la situation a beaucoup avancée au point d’enregistrer un engouement très fort pour la pratique du karaté. Sur le plan financier, la fédération n’a aucune dette à payer. Tenant compte de la philosophie du corp sain dans l’esprit sain, l’ancienne double championne d’afrique n’a pas manquée d’exhorter la jeunesse algérienne pour faire du sport, afin d’échapper a la violence et les fléaux sociaux négatifs. Résultat de stabilité et de discipline, deux femmes entraineurs catégorie internationale, a savoir Ziggaoua Faiza et  Laghoul Imen qui ont émergées à grande échelles en plus de nombreuses femmes arbitres de rang internationale.

Dassine Tassadit       

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles