16 C
Alger
dimanche 17 janvier 2021

Justice: L’ex wali d’Alger écope de 4 ans de prison ferme

A lire

 Le tribunal de première instance de Tipasa a condamné, mardi, à 4 ans de prison ferme, l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh poursuivi dans des affaires de corruption, à savoir l’octroi d’indus avantages et abus de fonction en faveur de Ali Haddad.

Une amende d’un million de dinars algériens a été prononcée, par le même tribunal, contre Abdelkader Zoukh, déjà condamné à la prison ferme dans deux autres affaires et interdit de postuler à un poste de responsabilité au sein de l’Etat ou à un poste politique pendant 3 ans après l’expiration de sa peine. Lors de l’audience du 8 décembre, le parquet avait requis une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million pour abus de fonction et octroi d’indus privilèges en faveur d’Ali Haddad qui a comparu en tant que témoin. Les faits reprochés à l’ex-wali d’Alger ont causé d’énormes pertes en termes de foncier agricole, industriel et touristique ainsi qu’au Trésor public, en témoignent les enquêtes menées par l’Inspection générale des finances, qui font état d’infractions flagrantes à la Loi et aux dispositions légales règlementant les domaines de l’Etat, dans neuf dossiers d’investissement dans des projets fictifs non réalisés par Ali Haddad.

Complicité entre l’ex wali d’Alger et l’ex président du FCE

Lors de ce procès, le juge a interrogé Zoukh sur les privilèges douteux octroyés à Ali Haddad, en tant que personne morale, ou propriétaire d’un groupe de travaux publics et d’autres entreprises d’investissement, notamment ceux concernant des assiettes foncières situées à Alger, des privilèges indûment octroyés à travers la délivrance de contrats de concession en infraction avec la Loi, selon l’expertise de l’Inspection générale des finances. Il s’agit, entre autres, d’une assiette de plus de 39.300 m2 dans la zone de Oued Semar, pour la création d’un complexe industriel, dans une région initialement destinée à abriter un jardin public, ce qui est en infraction totale avec la loi sur l’affectation des assiettes foncières. Selon le juge, l’octroi de ce foncier s’est fait après l’aval du Conseil national de l’investissement CNI, au moment où le wali d’Alger a établi une décision de transformation de la nature du projet d’un projet de complexe industriel à un projet de loisirs, ainsi qu’un contrat de concession sans se référer au CNI, ce qui est considéré comme une entorse à la Loi, car le foncier en question constituait auparavant une base de vie, dont Ali Haddad s’est emparée sans autorisation.

Rédaction/APS

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles