21 C
Alger
vendredi 30 octobre 2020

Industrie: Ferhath Ait Ali se dit favorable à la révision des lois sur l’investissement

Doit Lire

Covid-19: 306 nouveaux cas 184 guérisons et 8 décès

Trois cent six 306 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 184 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Covid-19: Le risque de la 2ème vague en Afrique

 L'Afrique doit se préparer à une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus au moment où l'Europe subit une hausse des cas et...

Carburant : Convertir 500.000 véhicules/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié GPL, a indiqué l'Union nationale...

Feux de forêts: Etablire le bilan des indemnisations

 Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a établi le bilan définitif des indemnisations en nature permettant aux agriculteurs et éleveurs...

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Brahim a relevé, mardi à Alger, la nécessité de revoir les lois régissant l’investissement, afin d’assurer une meilleure attractivité des investisseurs nationaux et étrangers avec la suppression des exonérations fiscales et douanières injustifiées.

Dans une déclaration à la presse en marge d’une séance de débat autour du Plan d’action du gouvernement, le ministre a précisé que la révision des lois régissant l’investissement industriel était devenue une nécessité indispensable, indiquant que l’investissement requérait la stabilité des textes juridiques et la transparence totale. Et de poursuivre que son secteur est disposé à revoir les lois des investissements avant l’été, ajoutant que l’on ne peut pas compter sur une administration qui à la fois octroie des autorisations d’investissement et procède à leur retrait, car étant une logique qui n’encourage pas l’investissement. Les textes juridiques seront actualisés, afin de drainer des investisseurs dans un cadre juridique précis, a-t-il affirmé.Répondant à une question sur le montage des voitures en Algérie, M. Ferhat Ait Ali a indiqué qu’il était temps de supprimer les exonérations douanières et les avantages fiscaux accordés aux monteurs et de mettre fin au monopole.Ces exonérations coûtent au Trésor public des montants et réduisent les réserves de change sans concrétiser une véritable industrie, a-t-il déploré.Le ministre a également rappelé que dans les années 1990, l’Algérie avait des sociétés publiques en industrie de l’électroménager, à l’instar de l’entreprise Enie à Sidi BelAbbes et de l’Eniem à Tizi Ouzou, avant l’accès du secteur privé à ce domaine. A ce propos, le ministre a indiqué que le secteur privé n’a pas répondu aux besoins du marché national, et en dépit des avantages fiscaux accordés pour l’encourager l’industrie locale.

N.A

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Covid-19: 306 nouveaux cas 184 guérisons et 8 décès

Trois cent six 306 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 184 guérisons et 8 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Covid-19: Le risque de la 2ème vague en Afrique

 L'Afrique doit se préparer à une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus au moment où l'Europe subit une hausse des cas et...

Carburant : Convertir 500.000 véhicules/An au GPL

L'Algérie a les moyens de convertir près de 500.000 véhicules/AN pour rouler au Gaz de pétrole liquéfié GPL, a indiqué l'Union nationale...

Feux de forêts: Etablire le bilan des indemnisations

 Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a établi le bilan définitif des indemnisations en nature permettant aux agriculteurs et éleveurs...

Covid-19: 9 wilayas concernées par les mesures de confinement

Le nombre de wilayas concernées par les mesures de confinement partiel à domicile, dans le cadre de la prévention contre la pandémie...