14 C
Alger
samedi 16 janvier 2021

Industrie: Ferhath Ait Ali plaide pour une nouvelle orientation économique

A lire

Le ministre de l’Industrie Ferhat Ait Ali Braham a affirmé lundi que la rencontre sur le plan de relance économique et sociale prévue mardi et mercredi à Alger sera axée sur l’élaboration d’une nouvelle orientation économique en concertation avec les partenaires sociaux, des experts financiers et des sociologues.

Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, M. Ait Ali a indiqué que la rencontre sur le plan de relance économique et sociale prévue les 18 et 19 août courant au Centre international des conférences (CIC) devra aborder la mise en place d’une nouvelle orientation économique en concertation avec les organisations patronales et les syndicats, ainsi que des experts et sociologues. « Ce n’est pas une rencontre tripartite comme celles organisées dans le passé, mais une véritable concertation qui permettra au gouvernement d’écouter et d’échanger avec les autres partenaires sociaux. Ces derniers seront invités aussi à prendre connaissance des attentes et objectifs de l’Exécutif en matière de développement socio-économique, a expliqué le ministre de l’Industrie.Qualifiant également cette rencontre d’Assises consacrées au plan de relance économique et social, M. Ferhat Ait Ali a annoncé à l’occasion la présence de plus de 300 participants dont un tiers de personnalités indépendantes constitué, entre autres, d’experts nationaux vivant en Algérie et à l’étranger.A ce propos, le ministre de l’Industrie a précisé que les travaux de cette rencontre se dérouleront en cinq ateliers distincts qui seront axés sur l’élaboration d’un plan structurel et d’une « nouvelle économie assurant que le gouvernement compte tracer sur long terme un nouveau chemin de développement. Il n’est pas question de discuter ni sur la conjoncture économique ni sur la situation financière du pays. Notre objectif est de tracer un nouveau chemin pour aboutir à une économie nouvelle, a-t-il tenu encore à clarifier. Abordant la situation de l’industrie nationale, M. Ait Ali a dressé un constat critique de l’état de ce secteur « sinistré » en termes de gestion « archaïque » et évoluant face une « fausse » concurrence de produits détaxés. Interrogé sur la faiblesse de la contribution de l’activité industrielle au Produit intérieur brut PIB estimée à 5%, le ministre de l’Industrie a rétorqué que ce chiffre datait de l’année 1992 lorsque le PIB était de 30 milliards de dollars, alors qu’aujourd’hui, a-t-il soutenu, le PIB avoisine les 200 milliards de dollars. Ait Ali a insisté sur le « changement de cap » en matière de gestion aussi bien pour les dirigeants des groupes publics que privés, appelant à l’intégration d’une gestion rationnelle et à l’élaboration de plans de relance réelle et non pas des plans de développements basés sur les dépenses à effectuer et liés à l’assistance de l’Etat.

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles