13 C
Alger
jeudi 21 janvier 2021

Hommage à l’homme libre Cherif Rezki

A lire

La seule et unique occasion de sa rencontre était à l’occasion du salon national de l’automobile à la Safex en 2014, et ce, sous réserve d’oublier de l’année exacte. Regard croisé autour d’une réception vers minuit, Rezki l’inoubliable, s’est adressé directement de mon côté et j’en étais si heureux et très content de l’avoir rencontré et discuter avec lui pour la première pendant plus d’une heure. Sa modestie et ouverture d’esprit, ont changé en moi, l’idée ou l’image que j’avais de lui de loin, comme directeur de la publication d’un grand journal engagé comme El Khabar. « Ils veulent que l’on marche comme ils veulent pour mener leurs politique. Mais, ils se trompent beaucoup de nous. Le sang des martyrs et des victimes du terrorisme criminels qu’ils ont créé pour nous combattre n’est jamais vain », dit-il quelques temps seulement après l’usage de présentation. Le temps avance, on s’est retrouvé coûte que coûte presque parmi les derniers à quitter la table vers 1h30 du matin. Je n’avais pas de véhicule pour revenir sur Alger. Mais, c’est lui qui m’a déposé à Alger centre et continuer son chemin du côté Draria. L’idée et l’image que je garde de lui jusqu’à présent, restera ancré dans l’esprit à jamais. Partant à la retraite, Rezki est resté très actif dans les réseaux sociaux ou on commente souvent les post et toutes informations diffusées dans les réseaux sociaux. Tout en étant loin des rédactions, Cherif Rezki, est resté toujours le même fidèle à ses principes et valeurs de journaliste et directeur de publication digne de son nom, famille et patrie. Nous avons eu la chair de poule en perdant un etre si cher juste au début de la nouvelle année 2021.  Vaux nettement mieux survivre juste et digne de sa personne quelques soit le statut et la durée de vie, que  « d’etre parmi avec la pourriture de la issaba » et vivre  sur le dos du peuple et contre le peuple pour rester au pouvoir chimère. Penser et travailler contre la volonté du peuple qui a payé un lourd sacrifice pour son indépendance nationale, lutte contre le terrorisme et lutte contre la corruption,  ne peut être que ceux  de la issaba. Aujourd’hui beaucoup de issaba en prison, même si il reste quelques-uns. Aujourd’hui ; ils sont en prison.  Demain c’est un autre châtiment qui les approche. Heureux les patriotes et nationalistes honnêtes et justes. Repose en paix cher ami. A dieu nous appartenons, à lui nous retournons.

Amar CHEKAR

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles