12 C
Alger
dimanche 25 octobre 2020

Héritage: l’imam decevant

Doit Lire

Religion: Les associations et zaouias invités à consolider l’unité du peuple

Le conseiller du président de la République chargé des zaouias et des associations religieuses, Aissa Belakhdar, a appelé samedi à Alger à...

Cessez-le-feu en Libye: La france salue les parties concernées

La France salue la signature d’un accord de cessez-le-feu entre les Parties libyennes, a-t-on indiqué dans le site de l'ambassade de france...

Révision de la Constitution: L’Algérie nouvelle commence par le vote du 1 novembre 2020

Le Général de Corps d'Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-Major de l'Armée nationale populaire ANP a estimé, samedi à Oran, que la priorité...

Oran: 23 enfants opérés en chirurgie scoliotique

 Quelque 23 enfants et adolescents souffrant de scoliose, ont été opérés au cours de la période du confinement sanitaire, au niveau de...

 « ll n’y a pas d’obéissance à une créature dans la désobéissance au Créateur». Explication:Toute personne que Dieu a créée comme par exemple le dirigeant du pays, les parents, l’époux et l’imam surtout.(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°7520).

Sollicité par un citoyen pour un problème de partage d’un héritage qui date depuis deux ans, un imam qui se réjouit d’une popularité plus au moins importante en plus de son émission radiophonique,  n’a pas trouvé mieux  pour répondre  à l’appel d’un citoyen que de lui dire : « Je viendrai faire le nécessaire à condition que la maman accepte de vous donner votre part d’héritage ». Déçu non pas par la réponse, mais surtout, le raisonnement de l’imam qui pose la condition de la maman, alors qu’il n’a qu’ a expliquer les lois divines pour conviancre,   le citoyen trés conscient de ce qui est juste et injuste répond par la logique des choses si l’on veux aller loin, du moment que lui meme à préféré la voie de la sagesse et respect des tranditions « Si la maman ne veut pas accepter ou respecter la loi divine et le droit de la famille, on va passer devant la justice pour régler la situation », a-t-il répondu, tout en étant conscient de l’exigence morale, religieuse, familiale, sociale, qui ne permettent pas de poursuivre non pas la maman, mais, les influences extérnes qui ont détruit la vie de cette maman avec ses enfants.  avant tout, si les enfants avaient l’ intention de faire passer le dossier de l’héritage devant la justice, il n’auraient pas à consulter les différents avis à commencer par l’imam de la mosquée. Ironie du sort. Ce sont les autres qui profitent de l’ignorance et de la faiblesse de la maman, au point d’igtnorer les enfants qui ont vivent à l’écart depuis bien longtemps. Raison de plus, aller devant la justice, c’est aussi protéger la maman des intrus qui profitent de la situation au dépend des enfants légitimes maltraités depuis l’enfance. ils se trouvent en situation de fugue à cause de la violence que l’onexrece à leurs encontre depuis. Devant la réaction de l’imam qui pousse le problème un peu plus, sans se rendre compte de la réalité des choses et des tenants et des aboutissants, l’imam rétorque sans réflichir « Ah bon, tu veux poursuivre ta maman devant la justice. Ne  m’appel plus… », Rétorque-t-il subitement. Rien que pour avoir exprimé un vœu de partage équitable entre les héritiers. Choses très claire. Si la maman n’accepte pas de respecter la voie divine et légale à l’amiable, et au meme temps, les enfants vivent dans la misere morale et matériel a cause des intrus qui profitent depuis, c’est bien par la justice que l’on peux faire valoir ses droits sans violences et sans regret.  Le comble est que le même imam a déjà rencontré la maman ou il apporté sa part pour trouver la solution, avant qu’il soit sollicité pour la deuxième partie de l’héritage qui reste en suspens depuis.  Les enfants, ne sont même pas au courant de l’évolution du dossier de la fridha depuis le décès du père à cause des influences négatif des proches qui font semblant aider la maman, mais dans un autres sens, ils créent la zézanie et les divergences. le compte bancaire du père a été tranféré dans une autre banque dans l’ombre et à l’insu des enfants qui sont les premiers responsables de leurs maman d’abord et avant tout. par ignorance, la maman agée de 74 ans, fait confiance aux autres en de faire le nécessaire pour la maiso au lieu de ses propres enfants… et dire que l’on aide la belle mère et la tante au meme temps. au lieu d’agire dans le bon sens en associant les enfants, c’est bien l’inverse. la maman a été hospitalisée pour les besoins d’une opération chirirugicale, l’ainé n’a meme pas été informé.   

Dit la vérité même si elle amère  

L’histoire de cette héritage qui concerne le citoyen très conscient de ses devoir et responsabilités, surtout envers la maman et l’esprit de la famille, a été manipulée en exploitant l’ignorance de la maman au dépend de ses propres enfants. L’ imam à é été justement sollicité pour  trancher selon la loi de dieu au lieu de passer ce conflit d’intérêt devant le procureur de la République. Les lois aussi sont issues de la chariaa. D’autre part,  ne pas aller devant la justice et impliquer la maman premiere personne qui sera impliquée dans une affaire d’héritage dépasse l’imagination des enfants. mais aller au point de voire d’autres personnes profiter de la situation, cela y vas du devoir et d el’éxercice de conscience de toute un chacun. L’igorance et l’égocentrisme matériel, ne peuvent en aucun cas, prendre le dessus sur les valeurs de l’intélligence et lois divines et également les lois en vigueur. Tenant compte des dépassements qui enfreinent toute les lois morales, culturelles, humaine, divines et sociale, l’enfant s’est retrouvé dans l’obligation de défendre ses droits et celle de ses frères.  » inadmissible de voire des gens extérieur à la famille qui profitent de la situation et au meme temps, je me sens étranger au sein de notre propre famille. nous sommes les premières victimes depuis l’enfance », déplore Yazid salama. Un dilemme qui touche autant de familles algérienns, mais que l’on préfère vivre en silence  et souvent au dépend. pour ne pas briser tous le lien familliale. Ce phénomène très dangereux qui pousse à la violence et parfois à commettre des crimes, ne gènent aucunement certains imams d’encaisser de l’argent de manière volontaire ou involonatire pour avoir intervenu dans la résolution des conflits familiaux sous le camouflet de la médiation. cela, ne peut en aucun refléter l’accomplissement d’un devoir sociale, humain ou économique au nom de la religion.  C’est ainsi que beaucoup d’imams, sans généraliser bien sûr, font du commerce en passant leurs messages par l’utilisation de la parole divines, sans connaitre la réalité des choses ou complice, ce qui est pire encore pour détruire la vie des personens et des familles. Dieu connait ce que l’on cache au fond de nos coeur et ésprit.lui seul connait la vérité des choses.

M.Y     

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Religion: Les associations et zaouias invités à consolider l’unité du peuple

Le conseiller du président de la République chargé des zaouias et des associations religieuses, Aissa Belakhdar, a appelé samedi à Alger à...

Cessez-le-feu en Libye: La france salue les parties concernées

La France salue la signature d’un accord de cessez-le-feu entre les Parties libyennes, a-t-on indiqué dans le site de l'ambassade de france...

Révision de la Constitution: L’Algérie nouvelle commence par le vote du 1 novembre 2020

Le Général de Corps d'Armée Saïd Chanegriha, Chef d'Etat-Major de l'Armée nationale populaire ANP a estimé, samedi à Oran, que la priorité...

Oran: 23 enfants opérés en chirurgie scoliotique

 Quelque 23 enfants et adolescents souffrant de scoliose, ont été opérés au cours de la période du confinement sanitaire, au niveau de...

Transport: Un wagon de train chargé de phosphate déraille à Skikda

L'un des 15 wagons d'un train transportant le phosphate a déraillé vendredi, au lieu dit pont des cavaliers "Jisr El Foursane" dans...