15 C
Alger
vendredi 27 novembre 2020

Hamid Djellouah,enseignant et pédagogue: « Le système fondamental a brisé le niveau des langues étrangères y compri l’arabe »

Doit Lire

Said bouhadja, le militant honnête le moudjahid authentique

Pour l’histoire et la mémoire de ceux qui ne connaissent pas de près feu Saïd Bouhadja,  il est de notre devoir de...

Said bouhadja, le militant et le moudjahid authentique

Pour l’histoire et la mémoire deceux qui ne connaissent pas de près feu Saïd Bouhadja,  il est de notre devoir de faire...

Algérie62 rend hommage à Saïd Bouhadja

Ami de la presse nationale avec qui il entretient une relation d’amitié remarquable depuis qu’il était chargé de communication de l’ex parti...

Corruption: Un autre ministre dans le collimateur de la justice

 Abdelkader Ouali, ancien ministre des travaux publics et des ressources en eau, rapellé par ses actes de gestion. La justice ne pardonne...

L’élève d’hier, d’aujourd’hui,  c’est le cadre, le décideur de l’état de demain, d’où la grande responsabilité partagée entre la grande famille de l’éducation nationale. L’enseignant aussi était élève avant d’enseigner et de former des générations.  

Hamid Djellouah, le discipliné, la rigueur et  loyauté. Rencontré après 43 ans, « 1977-2020 », c’est avec beaucoup d’émotions et de respect que la rencontre de l’élève avec son ancien enseignant a eu lieu, samedi passé à Seddouk, W Béjaia. L’impact psychologique et émotionnel des retrouvailles après plus de quatre décennies, constitue un moment très fort de joie et de nostalgie. Ces moments suscitent inévitablement des souvenirs inoubliables. Des souvenirs très chers à notre enfance, âge adulte et également à la retraite. Notre rencontre avec Hamid Djellouah 71 ans, ancien enseignant de langue française, cadre à la retraite depuis 2001, ayant exercé entre autres, au CEM guenini à Seddouk, Béjaia, n’est pas une simple rencontre du hasard, mais c’est plus un hommage et un geste de respect et de reconnaissance de l’élève à son enseignant de valeur qui donne le meilleur de soi-même pour le bien de ses élèves durant toute sa carrière.

L’enseignement fondamental mis à l’index

 D’emblée, on aborde la question du changement entre deux périodes qui ont marqués la politique du système éducatif national qui a connu une régression fatale. « Depuis la mise en œuvre de l’enseignement fondamental en Algérie. On a produit des têtes bien pleines et non des têtes bien faites. Cette dégradation est soulignée depuis la promulgation de la loi de 1985, relative à la politique fondamentale de notre enseignement », a-t-il affirmé, tout en poursuivant que «  Ce sont presque toutes les matières, surtout au niveau des langues qui ont régressé. Les langues sont un précieux outil. La langue française et la langue anglaise ont régressé. D’ailleurs, même le niveau de la langue arabe que l’on a voulu développer subit elle aussi cet état de fait » a-t-il déploré. Enchaînant avec la question de l’enseignement de la langue maternelle Tamazight, qui a subi malheureusement, les affres de répression des années 80, et qui a entraîné des milliers d’enfants à l’échec scolaire ou à l’abandon causé par la politisation et négation de la langue maternelle. « Une prise de conscience extraordinaire s’en est suivie par la suite. », a fait remarquer M Djellouah qui jouta « C’est une très bonne chose d’enseigner notre langue Tamazight qui appartient à tous les algériens. Espérons que notre langue maternelle sera prise à bras le corps et prenne la place qui lui revient au podium à l’instar de toute langue ».

Dégradation du pouvoir d’achat des enseignants

Interrogé sur d’autres causes ayant provoqué ce malaise palpable de notre système éducatif , notre respectable enseignant des années 80, qui a été de tout temps , juste , honnête et transparent avec ses élèves et bien également en tant que surveillant général et directeur de CEM , rétorque  » La dégradation du pouvoir d’achat a changé la donne complètement. L’enseignant est surtout préoccupé beaucoup plus par les besoins vitaux de la vie personnelle, familiale et sociale. En plus de cela, l’arrivée des nouvelles technologies qui influe énormément sur la vie des uns et des autres  » fait-il savoir dans la logique de l’évolution des temps. « Il y a beaucoup de communication, mais la communion est un lointain souvenir», selon M Djellouah qui possède un atout dans ce domaine bien reconnue. Espérons, malgré tout et contre tout un éveil de nos futurs générations qui se produira certainement et avec bonne conscience. Comme  dit le vieux pécheur, « Ne donne pas le poisson dans un plat à tes enfants, apprends leur a pécher.», a-t-il conclut avec ce fameux proverbe chinois lié à la sagesse philosophique de la deuxième puissance économique du monde.

A.C

Important

Lettre à nos anciens enseignants du CEM Seddouk des années 1980.

Nous tenons à remercier M Hamid Djellouah, pour son accueil et pour  toute la considération qu’il nous a  réservée. Ce sont des retrouvailles que tout un chaque souhaite et espère  développer entre enseignants et les élèves.  Nous sommes des anciens élèves de la 1e année moyenne au CEM Guenini Seddouk des années 1980.  Nous étions des élèves engagés pour la cause Amazighe, malgré tout. Le printemps Berbère nous a forgés. Dieu merci, 40 ans après, notre langue maternelle tamazight, pour laquelle nous avons sacrifiés beaucoup de choses, est devenue par la force des choses, langue nationale et officielle. Mais, pour aller de l’avant, beaucoup de choses reste à faire dans les domaines des sciences et recherches.  Bref, la qualité et la compétence des enseignants demeurent la base de toute évolution et développement de notre pays. Ils nous ont motivés et fait aimés les cours avec beaucoup de respect et d’attention. Cette hommage et reconnaissance, lui a été rendu au nom de tous les élèves de ses différentes classes, sans pour autant diminuer de la valeur d’aucun enseignant et  personnels de l’administration de l’époque. Nous vous remercions encore une fois, sans oublier M Boualem Semaoun qui est également, un véritable pédagogue qui nous a inculqués les bases de notre éducation et conduite scolaire. Santé et longue vie à tous.

Amar CHEKAR  

Au nom des élèves qui reconnaissent les lumières

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Said bouhadja, le militant honnête le moudjahid authentique

Pour l’histoire et la mémoire de ceux qui ne connaissent pas de près feu Saïd Bouhadja,  il est de notre devoir de...

Said bouhadja, le militant et le moudjahid authentique

Pour l’histoire et la mémoire deceux qui ne connaissent pas de près feu Saïd Bouhadja,  il est de notre devoir de faire...

Algérie62 rend hommage à Saïd Bouhadja

Ami de la presse nationale avec qui il entretient une relation d’amitié remarquable depuis qu’il était chargé de communication de l’ex parti...

Corruption: Un autre ministre dans le collimateur de la justice

 Abdelkader Ouali, ancien ministre des travaux publics et des ressources en eau, rapellé par ses actes de gestion. La justice ne pardonne...

Sahara Occidentale-Maroc: L’Union Africaine interpellée pour punire le Makhzen

La République arabe sahraouie démocratique RASD a appelé de nouveau, l’Union africaine UA à prendre des mesures plus fermes face à la...