21 C
Alger
vendredi 23 octobre 2020

Gouvernement: moralisation de la vie politique

Doit Lire

Histoire: Le moudjahid Larbi Allahoum n’est plus

Le moudjahid Larbi Allahoum est décédé, mercredi, à l'âge de 92 ans.APS. Né en 1928 à M'sila, le défunt...

Cadastre-Conservation foncière: Les deux organsimes fusionnés

Le directeur général du domaine national DGDN, Djamel Khaznadji a fait savoir mercredi à Alger que ses services préparaient un texte réglementaire...

Covid19: 252 nouveaux cas 136 guérisons et 7 décès

Deux cent cinquante-deux 252 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 136 guérisons et 7 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Béjaia-Seddouk : 140 employés sans paies depuis 15 mois

Fermée depuis 7 jours,la briqueterie Seddouk, sise au village Akhenak situé à quelques kilomètres du chef-lieu de la commune et daïra agonise....

Le gouvernement algérien, lance de nouvelles idées qui vont dans le sens du développement d’une nouvelle dynamique dans la gestion des affaires public.Rigueur,transparence et la rupture avec les pratiques archaiques qui ont conduit le pays vers la dérives. Le premier ministre présentera son plan d’action,demain mardi 11 février, devant les élus de l’APN. Par ailleurs, ces memes élus qui ont votés toutes les lois de l’ancien système politique, s’attendent aussi à un changement dès la mise en oeuvre de la prochaine constitution.

Ce nouveau mode de gouvernance prévoit notamment la refonte du dispositif législatif d’organisation des élections, la moralisation de la vie publique et la refonte de l’organisation et des modes de gestion de l’Etat et de ses démembrements, est-il noté.Le mode de gouvernance des institutions publiques, adopté jusque-là, a montré ses limites pour assurer aux citoyens les progrès sociaux, économiques et politiques à la hauteur des aspirations de la société, est-il souligné dans le document.Le premier volet de ce nouveau mode de gouvernance a trait à une refonte du dispositif législatif d’organisation des élections. A cet effet, le gouvernement veillera à concrétiser, dès l’aboutissement de la révision constitutionnelle, l’engagement du président de la République de revoir d’une manière profonde, l’ensemble du dispositif d’organisation des élections dans l’objectif est d’en faire un « véritable moyen d’expression de la volonté populaire.En ce sens, le gouvernement compte renforcer le caractère inclusif de l’Autorité nationale indépendante des élections ANIE dans le souci de consolider le processus démocratique du pays, à travers l’enracinement des principes de neutralité, de régularité, de transparence et de crédibilité des opérations électorales.La refonte du dispositif législatif encadrant les élections permettra de consacrer définitivement le retrait de l’administration du processus d’organisation des élections, à travers la mise en place des mécanismes nécessaires à même de garantir l’indépendance totale de cette autorité vis-à-vis du pouvoir exécutif et judiciaire, note le document.Il s’engage également à prévoir, dans le projet de révision du dispositif légal encadrant le régime électoral, un ensemble de mesures dont l’objectif est de favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’élus compétents et intègres.

Moralisation de la vie publique et lutte sans merci contre la corruption dans toutes ses formes

Le deuxième volet a trait à la lutte contre la corruption. En effet, le gouvernement compte inscrire la lutte contre la corruption dans toutes ses formes, la moralisation et la transparence de l’action publique, au cœur du processus de réforme des services de l’Etat, souligne le document.Il s’engage ainsi à mener une lutte résolue contre la corruption, le népotisme et le clientélisme » et en fera un engagement ferme et un axe d’action prioritaire.Il s’agit de la révision des dispositions de la loi relative à la lutte contre la corruption, à travers notamment la création d’une Agence nationale dédiée à cet effet, la requalification de la notion de transaction dans certaines affaires de corruption impliquant les personnes morales, dans l’objectif d’un recouvrement rapide des biens détournés.Il est également prévu de mettre en place des dispositions législatives concernant la protection des lanceurs d’alerte et d’un dispositif complémentaire concernant les conflits d’intérêt dans les secteurs public et privé ainsi que la limitation du nombre de mandats dans les organisations professionnelles et les associations à caractère non politique, financées par le Trésor public, de même que le durcissement des peines pécuniaires prononcées contre les personnes morales dans les infractions de corruption.S’agissant de l’amélioration du système de suivi, de contrôle et d’audit, le gouvernement s’engage à renforcer les missions des organes de contrôle de l’Etat, notamment la Cour des comptes et l’Inspection générale des finances. Il envisage de rendre accessibles les données publiques à travers l’Open data, pour mettre en place un système performant de production de données de statistiques publiques et réunir les conditions nécessaires au développement d’une économie numérique.

Refonte de l’organisation et des modes de gestion de l’Etat et de ses démembrements

Le gouvernement a inscrit la refonte de l’organisation et des modes de gestion de l’Etat, comme « axe prioritaire » de son action, est-il mentionné dans le Plan d’action de l’Exécutif.Ainsi, la refonte de l’organisation de l’administration publique passe par la réorganisation, la réhabilitation et la modernisation des grands services de l’Etat, des administrations centrales et des établissements publics afin de les adapter aux exigences de l’efficacité et de l’efficience.Cet objectif sera atteint à travers notamment la réhabilitation des organismes d’aide à la gouvernance, notamment les autorités de régulation, en consolidant leur indépendance et en les dotant des moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs missions et une meilleure définition des prérogatives et des compétences respectives de l’Etat et des collectivités territoriales.Il s’agit aussi d’une redéfinition du rôle de chaque échelon territorial commune, daïra et circonscription administrative, de la révision profonde du Code de la commune et de la wilaya, la mise en place effective des wilayas nouvellement créées et l’élaboration d’un nouveau découpage administratif, à travers la création de nouvelles communes.

Y.B

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Histoire: Le moudjahid Larbi Allahoum n’est plus

Le moudjahid Larbi Allahoum est décédé, mercredi, à l'âge de 92 ans.APS. Né en 1928 à M'sila, le défunt...

Cadastre-Conservation foncière: Les deux organsimes fusionnés

Le directeur général du domaine national DGDN, Djamel Khaznadji a fait savoir mercredi à Alger que ses services préparaient un texte réglementaire...

Covid19: 252 nouveaux cas 136 guérisons et 7 décès

Deux cent cinquante-deux 252 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 136 guérisons et 7 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Béjaia-Seddouk : 140 employés sans paies depuis 15 mois

Fermée depuis 7 jours,la briqueterie Seddouk, sise au village Akhenak situé à quelques kilomètres du chef-lieu de la commune et daïra agonise....

Biens immobiliers: Les paramètres de cessions des valeurs vénales fixés

Les paramètres de détermination de la valeur vénale dans le cadre de la cession des biens immobiliers appartenant à l'Etat et des...