17 C
Alger
mardi 26 janvier 2021

Evocation: La chaîne II immortalise la mémoire de Mohamed Belhanafi

A lire

« Le poète Mohamed Belhanafi, est une école pour les générations entière. J’étais le réalisateur de son émission Rif el Kanoun. J’ai appris beaucoup de choses avec lui », a souligné Mohamed Mansri, réalisateur des émissions du poète durant des années.

Evoquant sa relation et le temps qu’il a passé avec l’inoubliable  poète Mohamed Belhanafi qui a marqué plusieurs générations à la radio nationale chaine II, Said Freha, animateur et producteur de la fameuse émission hebdomadaire, « Portrait de mon village », dénommée mosaïque qui passe chaque vendredi de 22h00 à 23h00, revient sur le sujet : « Mohamed Belhanafi, était déjà commissaire politique à Tiaret durant la guerre de libération nationale 1954-1962. Donc, bien avant l’indépendance, il travaillé pour éveiller l’intelligence du peuple contre le colonialisme français. A l’indépendance national, c’est tout le monde qui attendaient son émission rif el Kanoun à la radio nationale chaine II.  C’est donc, un poète, un militant politique qui a consacré toute sa vie et travail pour la liberté et le développement du pays », affirme Said freha, un autre nom et signature qui a sillonné les villages au niveau nationale pour donner la parole au peuple et aux responsables locaux pour construire le pont de la communication et développements social,  culturel et économique des communes et villages.  Malgré son statut de commissaire politique, Mohamed Belhanafi, n’a jamais demandé de reconnaissance ni de carte de moudjahid pour tirer profit. Mohamed Belhanafi, a fait son devoir patriotique entre lui et sa conscience sans jamais rien demander ni attendre quoique ce soit. Très ouvert d’esprit, Mohamed belhanafi, n’a pas d’ennemis. Il communique avec tout le monde et tout le monde l’attendait à la radio. C’est quelqu’un qui crée de l’ambiance et motivation dans le travail, a souligné Said Fréha, avec un état d’esprit très ouvert aussi. Auteur de plusieurs chansons qui ont fait le succès, dont Iwzguer didjane lemthal, chanté par le célèbre Idir, Said freha cite une expression du poète : Itoughadh ourgaz maradhifagh settak « ça fait peur quand un homme sort par la fenêtre. La fenêtre est faite pour les chats et non pas pour les hommes», disait –il souvent, selon said freha.  Ayant recruté plusieurs talents artistiques à l’époque, dont la chanteuses, dont Chabha, Dhrifa, karima  et bien d’autres noms qui ont marquées la scène radiophonique et médiatiques, le poète belhanafi garde jusqu’à présent sa place dans le cœur et l’esprit des personnes qui ont travaillé avec lui et d’autres qui l’on connut et côtoyés de près.  

L’école, le poète et le réalisateur

Mohamed Mansri, réalisateur des émissions du poète infatigable, souligne : « Mohamed Belhanafi, est une école pour les générations entière. J’étais le réalisateur de son émission durant des années. J’ai appris beaucoup de choses avec lui ». Tenant compte de la valeur moral, culturelle et productif du poète Mohamed Belhanafi, la chaine II, diffuse ses émissions depuis son décès au chu Mohamed Nedir à tizi Ouzou, le 4 mars 2012 à l’âge de 90 ans. Programmé à  raison de deux fois par semaines, la rediffusion régulière des émissions du poète de tous les temps Mohamed Belhanafi, répond à sa  richesse productive inépuisable qui reste et restera  utile pour des générations entières et d’un autre côté, c’est aussi aider sa famille à travers les droits d’auteurs. « Le cachet de Mohamed Belhanafi, ne couvre même pas les frais de son transport entre tizi Ouzou et Alger. Il arrive des moments, Belhanafi, loue un fourgon à ses frais, et dans d’autres moments, c’est nous même qui organisent des quêtes pour lui envoyer la sommes  pour venir produire et animer ses émissions à la chaine II. Il était très fidèle à ses rendez-vous » souligne Mohamed Mansri qui garde d’innombrables souvenirs de lui. Ce geste hautement symbolique, témoigne de tout un temps, ou la valeur des uns est des autres se conjuguent pour la mise en valeurs et la promotion de la qualité des œuvres artistiques et culturelles et historiques du pays.  Poète, Conteur, homme de théâtre et organisateur de galas dans les périodes les plus difficile de l’histoire du pays, Mohamed Belhanafi, est le premier organisateur d’évènement à faire connaître la robe kabyle dans les salles de spectacles, notamment El Mougar et à la salle Atlas dans les années 1970 pour éveiller l’intelligence du peuple. La chaine II lui a rendu un vibrant hommage le 6 février 2008 qui restera dans la  mémoire des milliers d’auditeurs et la bibliothèque de la radio nationale.   

Amar CHEKAR

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles