21 C
Alger
lundi 30 novembre 2020

El-Guerguerat- Sahara: Le monde condamne l’agression sauvage du Maroc

Doit Lire

ANEP-CNL: Signature de protocole d’accord pour la promotion publicitaire

Un protocole d’accord a été signé entre la Caisse nationale du logement CNL et l’Entreprise nationale de communication d’édition et de publicité...

Mourad Salhi « Handicapé, je suis fier d’aider les gens en bonne santé.»

Déplorant le manque de volonté en faveur des handicapés visuels et autres catégories de manière générale, en plus de la discrimination injustes...

Accidents domestiques: 11 décès enrigistrés au mois de novembre 2020

Onze personnes sont mortes asphyxiées au monoxyde de carbone depuis le 1er novembre à travers le territoire national, indique lundi un bilan...

Ligue des champions d’Afrique: Le CRB et le MCA plus proches de la qualification

Les deux représentants algériens en Ligue des champions d’Afrique de football, le CR Belouizdad et le MC Alger, ont pris option sur...

L’Alliance internationale de réconciliation IFOR a condamné l’agression marocaine contre des civils sahraouis pacifiques dans la zone d’El-Guerguerat, appelant l’ONU à nommer sans délai un nouvel Envoyé pour le Sahara occidental pour démontrer que le statu quo n’est pas acceptable.

L’armée marocaine avait mené vendredi une agression militaire dans la zone tampon d’El-Guerguerat contre un groupe de manifestants sahraouis pacifiques, a rappelé l’IFOR dans un communiqué, soulignant que le Front Polisario, seul représentent légitime du peuple sahraoui, avait déclaré qu’une telle action marocaine serait considéré comme une agression à laquelle l’armée sahraouie répondrait, et que cela signifierait la fin de l’accord de cessez-le-feu signé entre les deux parties le Maroc et le Front Polisario. Les développements actuels représentent une menace claire d’éclatement d’une nouvelle guerre, a mis en garde l’Institut basé aux Pays-Bas. L’IFOR a rappelé dans son texte qu »‘en 1991, les Nations Unies et la communauté internationale ont promis au peuple sahraoui qu’un référendum serait organisé et qu’ils décideraient librement de leur propre sort », déplorant le fait que « 30 ans plus tard, cette promesse n’a pas été tenue. Les événements d’aujourd’hui démontrent qu’un statu quo continu et une inaction continue ne sont ni durables ni acceptables.

L’alliance IFOR plus de 100 ans d’éxistence

L’Alliance internationale de réconciliation IFOR a expliqué de l’IFOR a été fondée il y a plus de 100 ans en réponse aux horreurs de la Première Guerre mondiale. Depuis lors, l’IFOR a adopté une position cohérente contre la guerre et sa préparation. Lorsque les personnes et les organisations se mettent à l’action, la guerre et les conflits peuvent être évités et résolus par des moyens non violents », a insisté l’Institut, réitérant que « l’ONU doit prendre des mesures concrètes pour désamorcer la situation actuelle et démontrer un engagement sérieux en faveur de la reprise des négociations. En outre, l’IFOR a demandé au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, de nommer sans délai un nouvel Envoyé personnel pour le Sahara occidental pour démontrer que le statu quo n’est pas acceptable, rappelant que le poste est vacant depuis 18 mois. La nomination immédiate d’un nouvel Envoyé personnel est le moins que l’ONU puisse faire pour signaler à ceux qui conçoivent une résolution non violente du conflit qu’une telle voie est encore possible.

La responsabilité de l’ONU interpellé

La conséquence de la poursuite du blocage a été clairement établie aujourd’hui », a insisté l’IFOR. L’IFOR appelle également la communauté internationale à contribuer à une solution pacifique du conflit du Sahara occidental et à la mise en œuvre des droits fondamentaux des Sahraouis, a lancé l’Institut dan son communiqué. Il a également soutenu que les Etats membres de l’ONU doivent agir conformément à la Charte des Nations Unies et démontrer qu’une escalade militaire continue est inacceptable. Le déclenchement d’une nouvelle guerre dans la région constituerait un risque grave pour la vie et les moyens de subsistance des populations. La pandémie de Covid-19 a mis à rude épreuve une situation déjà difficile et compliquerait encore plus les efforts humanitaires qui feraient suite à une guerre. Il est impératif que cela soit évité et qu’une voie crédible vers une résolution pacifique soit établie.

Amar CHEKAR

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

ANEP-CNL: Signature de protocole d’accord pour la promotion publicitaire

Un protocole d’accord a été signé entre la Caisse nationale du logement CNL et l’Entreprise nationale de communication d’édition et de publicité...

Mourad Salhi « Handicapé, je suis fier d’aider les gens en bonne santé.»

Déplorant le manque de volonté en faveur des handicapés visuels et autres catégories de manière générale, en plus de la discrimination injustes...

Accidents domestiques: 11 décès enrigistrés au mois de novembre 2020

Onze personnes sont mortes asphyxiées au monoxyde de carbone depuis le 1er novembre à travers le territoire national, indique lundi un bilan...

Ligue des champions d’Afrique: Le CRB et le MCA plus proches de la qualification

Les deux représentants algériens en Ligue des champions d’Afrique de football, le CR Belouizdad et le MC Alger, ont pris option sur...

Affaire Tliba: La cour d’Alger livre son verdict

Le parquet général près la cour d’Alger a requis dimanche le durcissement des peines contre les principaux accusés dans l'affaire de l'ancien...