13 C
Alger
samedi 16 janvier 2021

Covid19 : Les Algériens prennent conscience de plus en plus sur l’importance du port des bavettes

A lire

« Je pense que le nombre élevé des contaminations qui dépasse 1000 nouveaux cas par jour, se situe au cœur de la prise de conscience de nombreux citoyens qui ont décidé de prendre enfin, leurs bavettes afin de se protéger du coronavirus», selon Mme Hayat B

Avancé entre 80 et 90% le taux des bavettes portées par les Algériens et les Algérienne ces dernières semaines dans plusieurs villes et villages du pays, afin de se protéger contre la contamination du coronavirus et par le même geste, on protège les autres, revient essentiellement au nombre des nouvelles  contaminations qui dépasse la barre des 1000 cas qui sont rapporté quotidiennement par le comité scientifique du suivie de l’évolution de la pandémie covid19 dans ses bilans quotidien. Pour cela, nous avons donné la parole à plusieurs citoyens, afin de revenir sur le sujet du port ou non des bavettes. « Je pense que le nombre élevé des contaminations qui dépasse 1000 nouveaux cas par jour, se situe au centre de la prise de conscience de nombreux citoyens qui ont décidé après tout ce qui s’est passé de prendre leurs bavettes régulièrement », selon Mme Hayat B, cadre dans un organisme public. Satisfaite de l’évolution des mentalités qu ont fini par croire au coronavirus, Mme Hayat, n’a pas manqué de souhaiter d’annoncer 2000 nouveaux cas par jours, même si ce n’est pas vrai, afin de pousser les autres à porter leurs bavettes.

Pourquoi on ne porte pas les bavettes malgré les risques ?

Interrogé en tant que journaliste sur  les raisons du non port de bavettes pendant que la majorité du quartier portent leurs bavettes, même s’il n’y a pas de policier autour, Salim H, 45 ans, répond «  Je suis allergique. Je ne supporte pas trop  l’étouffement quand je porte ma bavette. Si non, je suis conscient des risques et de tous les dangers. J’ai déjà assisté à des cas de contamination auprès de mes voisins. Je sais que le port de la bavette est indispensable pour me protéger », affirme Salim qui laisse la parole à son collègue de s’exprimer sur le sujet. « Je porte ma bavette lorsque je me retrouve uniquement avec d’autres amis et personnes dans les marchés et dans les espaces publics. Si non, je crois au coronavirus. Avec tout ce qui s’est passé dans le monde et en Algérie, on ne peut pas cacher la réalité de ce maudit virus.», Souligne Hakim du même age.

Les nouvelles habitudes de salutations s’installent

Limités aux contacts des poignées des mains et les coudes en guise de nouvelle méthode de salutation imposée par l’exigence du protocole sanitaire, le toucher des mains est révolu depuis des mois entre amis et même dans les relations familiales. Le hic est situé beaucoup plus dans les différentes interprétations des choses, voire l’ignorance et autre entêtement qui refusent les salutations que l’on connaît depuis des siècles. « Si tu veux me saluer, ce sera avec la main normal. Si non, je ne te salue pas avec le poignet de la main ou le coude », répond sèchement H. Gamil, 55 ans, à un passager qui salua d’autres personnes dans un cimetière en plein enterrement de Ketir Mohand 69 ans décédé du coronavirus.  Et comme le malheur ne vient jamais seul, un nombre indéterminés de citoyens qui s’évitent ou ne s’adresse plus la parole à cause du simple geste de salutation. «  Entre le risque de contamination et décès de coronavirus et celui de bouder ou m’éloigner des personnes qui ne croient pas encore aux risques de contamination à cause de simple salutations conviviale, je préfère me séparer de ces amis et proches têtus que de risquer ma vie et celle des autres », dixit Omar, bien conscient des risques de contamination du coronavirus.

A.C           

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles