Confinement: la presse électronique privée d’autorisation de déplacements

0
14

Alors que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le ministre de la communication Ammar Belhimer, ne cessent de revenir successivement sur le développement de la presse électronique en Algérie, les journaux électronique se trouvent privé d’autorisations de déplacement, afin de couvrir les situations de l’évolution du covid-19 durant cette période de confinement.  

La presse électronique incontournable pour la sensibilisation, contre la propagation du coronavirus qui avance de plus en plus, les déplacements des journalistes ne sont pas pris en charge par l’administration concernée. « Nous n’avons aucune note ou instruction officielle pour délivrer des autorisations édictés pour la presse électronique, afin de permettre aux journalistes de se déplacer durant cette période de confinement.» a-t-on indiqué gentiment, au niveau de la cellule de la communication de la wilaya d’Alger.  Les autorisations sont destinées aux médias lourds et aux journaux  de la presse écrite qui ont les agréments. « Nous sommes vraiment désolés de ne pouvoir,  répondre à la demande », nous dit-on, avec un sentiment de forte désolation. Support médiatique de tendance mondial et du siècle que l’on consulte à tout moment quotidiennement,  à partir de chez soi dans n’importe quel village, cités, bureaux, administrations et mêmes dans les champs les plus éloignés au niveau, local, régional, national et international, afin d’informer et de s’informer sur la situation de l’évolution du covid-19  des millions de lecteurs et citoyens Algériens, se trouvent privés de l’information à cause d’une autorisation qui fait défaut pour les sites électroniques, aux moins, ceux déclarés officiellement au niveau du ministère de la communication. L’appel est lancé aussi bien par les journalistes de la presse écrites et des médias lourds que nous avons rencontrés sur les lieux, afin de débloquer la situation qui va dans l’intérêt général et national. Algerie62.com, « ex-infodalger » premier journal électronique à se déplacer pour les besoins de l’autorisation, afin d’apporter sa contribution pour l’élimination de la propagation du coronavirus, n’est qu’un échantillon parmi les 120 sites déclarés et qui n’ont pas les mêmes considérations que les autres organes, et ce, malgré  l’importance  de la presse électronique. Même les syndicats nouvellement crée qui se proclament défendre la presse électronique  sont absent pour faire valoir ce qui est du devoir et du droit des citoyens. En 2020, on se demande encore jusqu’a quand pourrait attendre pour comprendre que la presse électronique est une tendance mondiale et aucun pays, ne peut rester à l’écart de l’évolution.Il y va du devoir de conscience  et de l’intérêt général et national.

A.C        

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici