18 C
Alger
samedi 24 octobre 2020

Cinéma: la distribution fait défaut

Doit Lire

Histoire: Le moudjahid Larbi Allahoum n’est plus

Le moudjahid Larbi Allahoum est décédé, mercredi, à l'âge de 92 ans.APS. Né en 1928 à M'sila, le défunt...

Cadastre-Conservation foncière: Les deux organsimes fusionnés

Le directeur général du domaine national DGDN, Djamel Khaznadji a fait savoir mercredi à Alger que ses services préparaient un texte réglementaire...

Covid19: 252 nouveaux cas 136 guérisons et 7 décès

Deux cent cinquante-deux 252 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 136 guérisons et 7 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Béjaia-Seddouk : 140 employés sans paies depuis 15 mois

Fermée depuis 7 jours,la briqueterie Seddouk, sise au village Akhenak situé à quelques kilomètres du chef-lieu de la commune et daïra agonise....

Producteurs et professionnels du cinéma ont appelé, dimanche à Alger, à la récupération des salles de cinéma par le ministère de la Culture et à exploiter ces dernières pour assurer la distribution des films, maillon faible de la production cinématographique.

S’exprimant lors d’un rencontre sur la production et la distribution, organisée par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, plusieurs producteurs ont soulevé une absence totale de distribution et de promotion de la production algérienne qui reste inconnue du grand public.Plusieurs participants ont évoqué la nécessité pour le ministère de la Culture de récupérer les nombreuses salles de cinéma gérées par les collectivités locales et celles détournées de leur vocation et de mettre en place un programme de distribution pour aller vers le public et pouvoir développer une industrie cinématographique rentable.D’autres professionnels ont pour leur part proposé différentes solution au financement des films, regrettant que les avantages fiscaux et sociaux accordées par la loi aux nouvelles entreprises de production et aux opérateurs économiques sponsorisant des oeuvres ne soient pas appliquées.Les cinéastes ont également regretté les procédures administratives et bureaucratiques lourdes obligatoires aux processus de production à l’instar des autorisations de tournages tout en demandant une révision du statut administrative » de ces entreprises et le soutien des jeunes producteurs des villes de l’intérieur du pays.

M.K

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Dernièrs Articles

Histoire: Le moudjahid Larbi Allahoum n’est plus

Le moudjahid Larbi Allahoum est décédé, mercredi, à l'âge de 92 ans.APS. Né en 1928 à M'sila, le défunt...

Cadastre-Conservation foncière: Les deux organsimes fusionnés

Le directeur général du domaine national DGDN, Djamel Khaznadji a fait savoir mercredi à Alger que ses services préparaient un texte réglementaire...

Covid19: 252 nouveaux cas 136 guérisons et 7 décès

Deux cent cinquante-deux 252 nouveaux cas confirmés de Coronavirus, 136 guérisons et 7 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures...

Béjaia-Seddouk : 140 employés sans paies depuis 15 mois

Fermée depuis 7 jours,la briqueterie Seddouk, sise au village Akhenak situé à quelques kilomètres du chef-lieu de la commune et daïra agonise....

Biens immobiliers: Les paramètres de cessions des valeurs vénales fixés

Les paramètres de détermination de la valeur vénale dans le cadre de la cession des biens immobiliers appartenant à l'Etat et des...