15 C
Alger
samedi 23 janvier 2021

Bouhamza-Béjaia: L’histoire d’un village révolutionnaire

A lire

Actualisé. Ali Batache. auteur de cinq ouvrages sur l’histoire de la région à commencer par la premiere édition intitulée, la vie de Cheikh El haddad et l’insurrection de 1871, les crimes de la france en algérie 1830-1900,Ahmed feddal « Commandant si h’mimi Oufadel » un chef de la wilaya III et un ouvrage sur le foot ball région, intitulé RCS football, une histoire digne de mémoire avant d’arriver à son tout dernier ouvrage intitulé « La région de Bouhamza, au cœur de la révolution 1954-1962». Présentant son livre  de 417 pages édité dans deux langues, arabe et français, par la maison d’édition El Amel de Tizi Ouzou, l’auteur  n’a pas manqué de programmer une vente dédicace au musée du Moudjahid à Béjaia, afin de revenir sur le sujet des villages qui ont souffert le martyrs durant la guerre de libération national 1954-1962. Invité  à l’occasion de la commémoration du 60é anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 qui contredit en bonne et due forme,  le plan du colonialisme français  et également, la célébration doublée par l’évènement local du 62éme anniversaire  du bombardement du village Bouhamza, le 16 décembre 1958, Ali Batache qui a pu et su plus au moins faire sortir la région de l’anonymat grâce à  ses éditions sur l’histoire qui ont connu un accueil remarquable souligne « L’écriture de l’histoire du pays, commence par des témoignages oculaires aux niveaux des villages et villes d’abords. Le travail de terrain, permet de réhabiliter une histoire réelle et concrète qui répond aux attentes des lecteurs et lectrices.  Ceci dit, Je suis consterné d’apprendre et d’entendre des jeunes qui pensent que les maisons détruites que l’on voie dans leurs villages, sont des maisons détruites par des séismes, alors qu’il s’agit  des bombardements effectués par des avions B26 des colons français durant la guerre de libération nationale 1954-1962 », a-t-il déploré.

Crime contre l’humanité: 30 minutes pour évacuer le village

  Se basant sur des témoignages oculaires, l’auteur révèle la mort de 150 civils riens que durant journée du 16 décembre 1958 à Bouhamza. « Les colons français ont donnés un délai de 30 mn seulement aux habitants   pour évacuer le village avant de le bombarder. Bouhamza a enregistrés malheureusement 150 morts dont  des familles entière sont décimées par les bombardement féroce des B26 », a-t-il rapporté dans ses témoignages. S’exprimant avec beaucoup d’émotions, l’auteur déplore l’absence de reconnaissances et de respect à la mémoire de tous les civiles qui ont abrités et pris en charges les moudjahidines durant la guerre de libération au point de sacrifier leurs propres vies pour sauver et  préserver celles des martyrs engagés dans les Montagnes.  Un appel solennel est lancé à l’APC de Bouhamza, afin de baptiser le stade communal pour la date commémorative du 16 décembre 1958 qui rassemble tous les jeunes, afin de s’intéresser à l’histoire de leurs parents, grands-parents et pour toute commune Bouhamza qui a payé un prix très cher dont très peu de personnes connaissent et parlent. Situé entre 15 et 20 kilomètres environ d’Akbou et de Seddouk, l’association sociale de  Bouhamza, s’apprête à organiser un important évènement historique, sous le slogan Non à l’oubli, Oui à la reconnaissance », le 18 décembre prochain, afin de revenir sur l’histoire de Bouhamza.  Affichant une très forte résistance contre le colonialisme français, comme c’est le cas de tous les villages  voisins, comme Thansaouth, Thachawafth, Thizekht, Aguemoune, Thiwale, Ath Maouche, Imazithene et tous les autres villages que l’on ne peut citer dans un seul article, Bouhamza garde encore des séquelles physiques et morale, dont très peu de gens connaissent l’origine du mal. Est c’est l’occasion d’en apprendre un tant soit peu l’histoire et le passé révolutionnaire du village natal et de ses environs.   Riche de son expérience depuis, l’auteur Ali Batach a même proposé une méthode nommée « Monographie» pour ceux qui s’intéressent à la connaissance et à l’écriture de l’histoire de leurs villages. «Cette méthode consiste  à montrer et orienter  les citoyens qui s’intéressent à l’histoire et veulent contribuer et écrirent ne serait de petits livres sur l’histoire de leurs village », fait-il savoir à commencer par la présence ou non des caides dans leurs villages qui constitue un élément important pour connaitre l’histoire  et luttes des villages contre les colons français durant 132 ans de résistances.

Amar CHEKAR

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles