Boualem Titiche: évocation d’un artiste sans relève

0
58

Il y a trente ans disparaissait une icône de la culture populaire algéroise dont le nom est à jamais associé à la Zorna, un style musical typique d’Alger et ses environs. Boualem Titiche, le plus grand musicien de Zorna vit toujours à travers une relève prolifique qui perpétue cet art jusqu’à adopter en toutes circonstances le costume traditionnel algérois, si cher à l’illustre zernadji.Boualemn Titiche, Boualem Mansouri de son vrai nom, était le plus célèbre instrumentiste de zornadjia, un style musical héritée de l’époque ottomane. Il est à la Zorna, ou Ghaita, ce   Mustapha Skandrani est au piano, Abdelghani Belkaïd-Ahmed au violon, ou encore Alilou Debbah Ali à la derbouka.  Il se faisait un point d’honneur de perpétuer la Zorna, portée par la ghaïta, les tbilett et le tbel, habillé en costume traditionnel algérois: serwal testifa pantalon traditionnel, bediaa gilet brodé, chechia stamboul (le couvre-chef propre au citadins et babouches aux pieds, devenant ainsi l’ambassadeur d’une tenue vestimentaire en perdition. Ce costume deviendra plus tard un habit de fête pour les enfants et sera repris sous plusieurs déclinaisons dans les spectacles, notamment ceux du ballet national.  Dès son jeune âge, Boualem, né en 1908 à El Biar Alger, accompagnait son père Hadj Ahmed à la percussion tbilette.

M.K

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici