17 C
Alger
mardi 26 janvier 2021

Algérie62 rend hommage à Saïd Bouhadja

A lire

Ami de la presse nationale avec qui il entretient une relation d’amitié remarquable depuis qu’il était chargé de communication de l’ex parti unique FLN, Saïd Bouhadja que nous avons rencontré quelques semaines après son écartement déloyal du poste du président de l’APN, révèle en exclusivité « J’ai été nommé par Bouteflika et c’est lui qui m’a limogé sous la pression du clan Tayeb Louh avec cinq autres personnes », a-t-il révélé en exclusivité.  Interrogé sur la cause qui a motivé ce clan pour démissionner de son poste de président de l’APN, Said Bouhadja, très connu par sa spontanéité et  sincérité, répond « J’ai touché à des intérêts des députés et des chefs du groupes qui faisaient des affaires à commencer par les prix des repas exorbitants et plus,  ces gens se sont retournés contre moi, afin d’installer leurs clan pour se protéger », a-t-il révélé sans pour autant aller loin dans ses révélations pointues. Khelihoum. Rebbi chafhoum. Idji n’har yethasbou gaa. «Laisse-les à dieu. Dieu les a vus.  Il viendra le jour où ils rendront tous des comptes à la justice », nous révèle-t-il  en apparti. Rencontré le premier novembre 2019 au salon de la wilaya d’Alger « Ex milk bar » à la placette Emir Abdelkader,  Said Bouhadja, assis avec d’autres personnes en train de siroter des jus d’oranges est cafés, répond à notre interrogation amicale «  Mais, Aaami Said, comment se fait-il qu’un président de l’APN, s’assoie dans un café populaire ? », lui a-t-on dit avec un sens d’humour,  Saïd Bouhadja répond  avec un sourire sensé « Je suis un enfant du peuple. J’aime le peuple. Je me sens mieux quand je m’assoie et discuter avec le peuple » dit-il avec une sympathie et spontanéité qui lui sont reconnue depuis.  Abordant les questions sérieuses qui  concernent les affaires louches qu’il a dénoncées au niveau de l’hémicycle, l’ancien président de l’APN qui vient de nous quitter à l’âge de 82 ans, répond avec un ton ferme. « Non, je n’ai rien à dire sur le sujet. Je ne veux pas être taxé de tel ou tel clan. Notre pays a besoin de stabilité et de paix.  La justice fait son travail et ça suffit comme réponse à l’esprit des clans », a-t-il répondu, tout un gardant sa distance avec les sujets de corruptions.  

Rédaction            

- Advertisement -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -

Derniers articles