Abdelmadjid Tebboune s’engage pour une nouvelle République

0
146

Elu jeudi dernier, le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, promet une réforme profonde de la Constitution qui donnera naissance à une nouvelle République.

Mon premier engagement avec le Hirak et avec tous les Algériennes et Algériens est d’aller rapidement vers une nouvelle orientation de la République algérienne, à travers une profonde réforme de la Constitution, a promis M. Tebboune, lors d’une conférence de presse, tenue juste après l’annonce des résultats préliminaires de l’élection présidentielle.Cette Constitution passera par un référendum populaire et réduira les prérogatives du président de la République, a-t-il annoncé. »Nous allons soumettre la première mouture de cette constitution à des consultations qui impliqueront la famille universitaire, les intellectuels et toutes les parties de la société. Ensuite, elle sera proposée à la communauté algérienne à l’étranger pour enrichissement. Enfin, elle sera soumise à un référendum populaire, a-t-il détaillé. Le référendum donnera à la Constitution la légitimité dont elle a besoin, souligne-t-il.Une fois la nouvelle Constitution adoptée, l’Algérie sera effectivement entrée dans une nouvelle République, a-t-il soutenu. Parmi les principales réformes avancées pour « combler les lacune de l’actuelle Constitution et éviter au pays tous les risques liés à ces lacunes », selon M. Tebboune, figurent « la réduction des prérogatives du président de la République et l’instauration d’un équilibre entre les différentes institutions », s’est contenté de préciser le président élu.Dans son programme électoral, intitulé 54 engagements pour une nouvelle République, M. Tebboune s’est engagé, concernant la Constitution, à initier une révision profonde qui consacre la démocratie, à travers une séparation stricte des pouvoirs et le renforcement des pouvoirs de contrôle du Parlement et garantisse le fonctionnement harmonieux des institutions.L’objectif escompté par cette réforme est la protection des droits et libertés du citoyen, éviter toute dérive autocratique à travers la mise en place de contrepouvoirs efficaces, consacrer l’inviolabilité et l’immuabilité de la limitation du mandat présidentiel à un seul renouvelable une fois, et limiter l’immunité parlementaire aux actes et propos intervenant dans le cadre de l’activité parlementaire.Lors de ses déplacements dans le différentes wilayas, à l’occasion de la campagne électorale, le sujet de la réforme de la Constitution a été toujours présent dans les meeting du nouveau président. »Je m’engage, si je suis élu, à revoir la Constitution pour la consécration de la séparation des pouvoirs et la consolidation des institutions, s’engageait-il lors d’un meeting. »Je vous promets, si le peuple me cautionne, d’ouvrir un large dialogue national consacré à l’amendement de la Constitution. Le document que je compte proposer préservera les constantes de l’identité nationale, y compris l’amazighité, question déjà tranchée dans l’actuelle Constitution », promettait-il. »Si je suis élu président de la République, je procéderai à la révision de la Constitution pour codifier les revendications du Hirak populaire, éviter l’autocratie et outrepasser l’économie basée sur l’exclusion d’une partie au détriment d’une autre », déclarait M. Tebboune, alors candidat à la présidentielle.

A.S

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here